Passer au contenu principal

Transport aérienSauvetage de Lufthansa: la voie est libre

Le principal actionnaire du groupe de transport aérien européen a donné son aval pour le plan de sauvetage de près de 10 milliards de francs.

La pandémie a plongé la compagnie Lufthansa comme l’ensemble du secteur dans une crise sans précédent.
La pandémie a plongé la compagnie Lufthansa comme l’ensemble du secteur dans une crise sans précédent.
KEYSTONE

Le principal actionnaire de Lufthansa, un milliardaire allemand qui menaçait de voter contre, a annoncé mercredi qu’il approuverait ce plan de 9 milliards d’euros (9,6 milliards de francs).

«Je voterai pour le projet d’accord», lors de l’assemblée générale d’actionnaires prévue jeudi, a expliqué Heinz Hermann Thiele, homme d’affaires de 79 ans, au quotidien «Frankfurter Allgemeine Zeitung» (FAZ).

Le plan d’aide porte sur 9 milliards d’euros et prévoit le retour à hauteur de 20% de l’État dans le capital de Lufthansa, plongé comme l’ensemble du secteur dans une crise sans précédent.

Jusqu’ici le milliardaire, qui détient 15,5% du capital de la compagnie, avait menacé de bloquer le plan de sauvetage. Et il en avait la possibilité compte tenu de l’importance de ses parts.

L’arrivée prévue de l’État allemand parmi les actionnaires de Lufthansa avait suscité les critiques de M. Thiele, «self-made milliardaire» au verbe haut et aux opinions tranchées.

Restructuration

Il redoutait notamment que le gouvernement ne s’oppose à des coupes claires dans les effectifs, nécessaires à ses yeux pour redresser la compagnie et faire repartir à la hausse le prix de l’action en Bourse.

Désormais, il semble convaincu que la compagnie pourra le faire même avec la présence de l’État à son capital.

Car, même en bénéficiant de l’aide publique, les prochaines années s’annoncent compliquées pour Lufthansa. Le redémarrage ne sera que très progressif: en septembre, le groupe prévoit une offre toujours inférieure de 60% à la normale.

À terme, le groupe aura une centaine d’avions de moins sur ses 763 d’avant la crise, qui a cloué au sol la quasi-totalité de la flotte pendant près de deux mois.

Pour s’adapter à cette baisse prolongée, Lufthansa compte déjà supprimer 22’000 emplois équivalents plein-temps, soit 16% des effectifs mondiaux, dont la moitié en Allemagne.

Les négociations sont en cours avec les syndicats, mais avaient pâti de l’incertitude autour du sauvetage.

«Il est dans l’intérêt de tous les employés de Lufthansa que la direction puisse rapidement mener des négociations avec les syndicats sur la restructuration nécessaire», a expliqué mercredi au FAZ M. Thiele, dont la fortune est estimée aujourd’hui par le magazine Forbes à 15 milliards d’euros.

Mercredi soir, un premier pas a été franchi, avec un accord signé entre direction et syndicat du personnel navigant.

Il prévoit des gels des rémunérations, des départs à la retraite anticipés, et des périodes de chômage technique pour les stewards et hôtesses de l’air, ont indiqué les deux parties dans un communiqué commun.

Motivations incertaines

Les motivations pour l’achat d’actions de M. Thiele, qui a fait fortune dans les freins pour le ferroviaire et les poids lourds, restent floues.

«J’aurai une influence sur les évolutions chez Lufthansa à l’avenir», a-t-il dit, sans développer.

Le syndicat Verdi a salué mercredi la décision du principal actionnaire, qui permet «d’assurer la survie de l’entreprise et d’empêcher une cessation de paiements».

Lufthansa avait également averti que, sans aide, «l’entreprise serait certainement en cessation de paiements quelques jours après l’assemblée générale» et devrait se déclarer en faillite.

Dans les échanges après Bourse sur la plateforme Tradegate, les actions de Lufthansa ont bondi de 17% par rapport au cours de clôture des échanges réguliers.

Concernant les différentes filiales de Lufthansa, l’Autriche a prévu d’aider Austria Airlines à hauteur de 450 millions d’euros, sans monter au capital.

En Suisse, Berne va garantir 1,2 milliard de prêts aux filiales Swiss et Edelweiss, tandis que les négociations se poursuivent en Belgique, où Brussels Airlines est en passe de supprimer un millier d’emplois.

En plus des réductions d’emplois, Lufthansa a déjà annoncé la fermeture de deux filiales, Germanwings et la branche allemande de SunExpress, détenue en commun avec Turkish Airlines.

ATS/NXP