Les brancardiers veulent être plus efficaces

SantéÀ l’Hôpital cantonal, on s’inspire du modèle fourni par Uber pour améliorer les performances.

Les HUG recensent 75 brancardiers, surtout des hommes. Travaillant tous les jours, 24 heures sur 24, ils accomplissent quelque 300'000 missions par an.

Les HUG recensent 75 brancardiers, surtout des hommes. Travaillant tous les jours, 24 heures sur 24, ils accomplissent quelque 300'000 missions par an.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les fourmis de l’hôpital.» C’est avec ces mots que Stéphane Blayac, responsable du Service du transport des patients aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), qualifie son équipe. Des insectes qui sont réputés pour leur travail au service de la communauté, tout en restant dans l’ombre. Les brancardiers, ou autres transporteurs de marchandises, sillonnent le site de Cluse-Roseraie, discrètement, patient après patient. Des ouvriers toujours plus efficaces.

Ces rouages essentiels de la logistique des HUG affinent en effet leurs propres outils pour optimiser les rendements tout en permettant au personnel de consacrer plus de temps aux patients. «On s’inspire du modèle d’Uber (ndlr: la multinationale des transports et de la logistique) pour améliorer la communication entre les brancardiers et le corps médical autour du patient», indique Stéphane Blayac.

SMS et relations humaines

Actuellement, chez les brancardiers, tout commence par une sonnerie sur un terminal mobile. Le transporteur, qui la reçoit en fonction de son emplacement et de sa disponibilité, répond alors au SMS, en général par l’affirmative, et part chercher le patient qui a besoin de ses services. Il le prend en charge, vérifie sur son bracelet qu’il s’agit de la bonne personne et s’en va avec lui déambuler dans les couloirs des HUG.

Une occasion souvent privilégiée pour le patient de se confier à quelqu’un d’autre. «Avoir des qualités relationnelles, c’est d’autant plus important dans notre métier que le patient est sorti de sa zone de confort quand on le déplace», souligne Stéphane Blayac.

Des MobiLits, une sorte de transpalette électrique capable de prendre en charge un lit et son patient, sont à disposition pour les transports plus longs. De nombreux ascenseurs sont en outre réservés aux brancardiers, qui doivent souvent faire vite. Quand le patient est arrivé à bon port, le transporteur indique sur son terminal mobile que sa mission est effectuée et qu’il est disponible pour une autre mission. Il ne faut en général guère plus de cinq minutes d’attente avant qu’une nouvelle sonnerie ne l’emmène vers un autre patient. Ce métier présente de nombreuses similitudes avec celui de chauffeur de taxi ou de livreur de nourriture indépendant, mais la logistique est moins élaborée.

300 000 missions par an

«Un passager d’Uber est avisé quand un chauffeur arrive. Si notre système envoyait également un SMS au corps médical, ce dernier serait plus souvent prêt lorsque le brancardier arrive et on gagnerait du temps», estime Stéphane Blayac. Une séance à ce sujet est prévue cet été avec des représentants d’itransports, le logiciel néerlandais qui distille les missions des transporteurs.

Deux ans après l’inauguration du bâtiment Gustave Julliard, le Service du transport des patients des HUG réactualise le zonage du site de Cluse-Roseraie sur son système informatique pour que le temps déterminé pour les courses qu’il génère colle au plus près avec celui qu’elles prennent en réalité. Les missions des brancardiers sont distillées depuis 2011 par itransports; auparavant, tout se faisait au téléphone et sur papier.

Les HUG recensent 75 brancardiers, surtout des hommes. Travaillant tous les jours, 24 heures sur 24, ils accomplissent quelque 300 000 missions par an. Au quotidien, ils parcourent régulièrement plus de 15 kilomètres et effectuent chacun une trentaine de missions. De l’accueil aux salles d’opération, des Urgences à Beau-Séjour, du BatLab à la Maternité, ces marcheurs inlassables figurent parmi ceux qui connaissent le mieux la maison.

Créé: 13.04.2019, 08h44

Articles en relation

Les Urgences du 144 déménagent à Belle-Idée

Santé Leur local, en zone résidentielle, ne convient plus face aux appels toujours plus nombreux. Plus...

Dans les coulisses des HUG

Santé La ville dans la ville a sa propre voirie, sa chaudière, sa blanchisserie et gère bien d'autres services méconnus. Reportages dans l'univers, non médical, de l'hôpital. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...