Le soutien-gorge sert-il vraiment à quelque chose?

EtudeL'utilité de cette pièce de lingerie est remise en question par un médecin du sport de Besançon. Il a observé et mesuré les seins de 320 femmes pour étudier l'évolution d'une poitrine sans soutien-gorge.

Pour le médecin de Besançon, «la femme devient dépendante du soutien-gorge, dont elle n'a pas vraiment besoin».

Pour le médecin de Besançon, «la femme devient dépendante du soutien-gorge, dont elle n'a pas vraiment besoin». Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le soutien-gorge serait-il inutile ? C'est l'hypothèse d'un médecin de l'hôpital (CHRU) de Besançon qui mène depuis 15 ans une étude sur l'intérêt pour les femmes de porter ou non cet accessoire.

Depuis 1997, Jean-Denis Rouillon, médecin du sport au CHRU de Besançon et professeur à l'Université de Franche-Comté, a observé et mesuré les seins de près de 320 femmes pour étudier le comportement d'une poitrine sans soutien-gorge.

Il a plus particulièrement suivi un groupe d'une cinquantaine de femmes de 18 à 35 ans et les premiers résultats de cette «étude préliminaire» montrent «que l'utilité du soutien-gorge mérite d'être posée», a expliqué le médecin.

Les tissus de suspension se distendent

Son équipe a observé sur ce groupe restreint que sans soutien-gorge, «le mamelon des seins remontait en moyenne de 7 millimètres en un an, par rapport à l'épaule». Le médecin a également relevé que globalement «les seins se raffermissent et que les vergetures s'estompent».

Il émet l'hypothèse que «si la femme met un soutien-gorge dès l'apparition de ses seins, l'appareil suspenseur (situé sur le haut du corps) ne travaille pas correctement et ses tissus de suspension se distendent».«La femme devient alors dépendante du soutien-gorge, dont elle n'a pas vraiment besoin», selon M. Rouillon.

Capucine Vercellotti, membre de l'équipe de France de course d'orientation, a participé à l'étude. «Au début, j'étais un peu réticente à l'idée de courir sans soutien-gorge, mais je me suis lancée et après cinq minutes, je n'avais plus mal du tout», raconte-t-elle. «Je ne sens pas vraiment de différence dans la vie de tous les jours, mais lorsque je remets un soutien-gorge je ne me sens plus du tout à l'aise», ajoute la jeune femme de 28 ans qui «respire beaucoup mieux sans».

Mauvaise posture

Sa mère a suivi l'exemple, remisant le soutien-gorge au placard. «Les femmes qui font confiance à leur soutien-gorge n'ont plus la sensation d'avoir des seins, car ils sont soutenus, et elles adoptent une mauvaise posture. Sans, elles se redressent et se tiennent plus droite », constate cette ostéopathe de 59 ans.

«Les femmes ont l'impression que sans soutien-gorge leurs seins tombent, mais c'est une illusion», affirme-t-elle, persuadée que «le seul travail à affronter, c'est le regard des autres». Mais «il s'agit d'une étude préliminaire sur des femmes volontaires qui ne sont pas représentatives de l'ensemble de la population mondiale», a-t-il nuancé.

Par ailleurs, «tout dépend de la structure des seins de chacune», a ajouté le médecin. «Une femme de 45 ans en sur-poids et avec trois enfants n'a aucun intérêt à arrêter de porter un soutien-gorge», a-t-il ainsi prévenu. (afp/nxp)

Créé: 11.04.2013, 15h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...