Passer au contenu principal

Votation cantonaleSablière du Cannelet: récit d’un fiasco politique

Les autorités ont laissé perdurer une situation illégale pendant plus de vingt ans.

L’activité de l’entreprise s’étend sur 3,4 hectares en pleine zone agricole.
L’activité de l’entreprise s’étend sur 3,4 hectares en pleine zone agricole.
Lucien Fortunati

Le 29 novembre, les Genevois seront appelés à trancher un conflit vieux de plus de vingt ans. Ils devront décider s’ils acceptent de déclasser 2,5 hectares de terrains agricoles en zone industrielle et artisanale exclusivement affectée à des activités de recyclage de matériaux minéraux. But du projet: permettre à la Sablière du Cannelet SA, une entreprise de recyclage de matériel de déchets de chantier située à Avusy, de pouvoir continuer ses activités légalement.

Lire aussi l’éditorial: «Mettre fin à un fiasco»

Les opposants au déclassement, qui regroupent l’association Le Grain de sable de la Champagne, AgriGenève, Pro Natura ainsi que les Verts, les socialistes et le PLR, dénoncent un dangereux précédent et estiment que le recyclage doit se faire à Genève mais pas en zone agricole. Face à eux, le PDC, le MCG, l’UDC, des Vert’libéraux et des associations professionnelles représentant des transporteurs et des recycleurs estiment que la disparition de la Sablière du Cannelet accentuerait le problème du recyclage à Genève, poussant davantage d’entreprises à exporter leurs déchets de chantier en France. Les conséquences environnementales seraient pires que la perte de 2,5 hectares de terrain agricole.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.