Passer au contenu principal

Bien vivre le déconfinementRetourner au boulot du bon pied

Après des semaines de roues libres, c’est le moment de retrouver son vrai bureau. L’occasion de s’interroger sur la place que l’on donne à son travail.

«Le confinement a changé la place et le sens du travail. Avant, on allait travailler, et la vie, c’est ce qui restait une fois qu’on avait fini. Là, le travail se domestique se mêle au foyer. On ne vit pas pour travailler, mais on travaille pour vivre.» - Julia de Funès, docteur en philosophie
«Le confinement a changé la place et le sens du travail. Avant, on allait travailler, et la vie, c’est ce qui restait une fois qu’on avait fini. Là, le travail se domestique se mêle au foyer. On ne vit pas pour travailler, mais on travaille pour vivre.» - Julia de Funès, docteur en philosophie
Getty Images

«Rien que de m’imaginer faire mes deux heures de transport en commun pour retourner au boulot, alors que j’ai pu être si efficace en les zappant ces dernières semaines, je déprime», confie Annie, 50 ans, qui fait la navette chaque jour entre son domicile et son lieu de travail avec plus ou moins de bonheur. Pour Lucile, maman de deux enfants, retrouver bientôt son «vrai» bureau est presque envisagé comme un soulagement: «C’était sympa un moment, mais jongler entre l’école à la maison, les réunions Zoom et les repas, c’est usant. Quand j’arrive au bureau, je laisse mon monde familial à la porte. Et je le retrouve le soir. C’est ma manière à moi de segmenter… pour survivre!»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.