Passer au contenu principal

SuisseRetour au calme après les fortes pluies du week-end

Les zones touchées par les importantes précipitations du week-end ne présentent plus de risque d’inondation ce lundi, selon le Bulletin des dangers naturels de la Confédération.

La rivière Maggia au Tessin a toujours un débit élevé mais la situation s’est largement calmée lundi matin.
La rivière Maggia au Tessin a toujours un débit élevé mais la situation s’est largement calmée lundi matin.
KEYSTONE/Ti-Press

La situation s’est largement calmée lundi matin dans les zones touchées après les fortes précipitations du week-end. Les niveaux d’eau des rivières et des ruisseaux sont également revenus à la normale.

Selon le Bulletin des dangers naturels de la Confédération, le risque d’inondation était faible, voire inexistant lundi matin dans toute la Suisse. Le débit de la rivière Thur, à la station de mesure de Halden (TG), était par exemple de 163 mètres cubes par seconde, indique le site de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV).

Samedi après-midi, le débit y avait gonflé à près de 1000 mètres cubes, ce qui se produit tous les 10 à 20 ans. Le niveau du Rhin près de Bâle-Rheinhalle est également descendu sous le niveau du repère de crue I de 700 centimètres. Lundi matin, on pouvait y mesurer 690 centimètres.

Fortes précipitations

Durant le week-end, il est tombé en certains endroits de Suisse davantage de pluie en quelques heures que d’habitude pendant tout le mois d’août. C’est au Tessin que les précipitations ont été les plus importantes, avec 200 à 250 millimètres. La valeur record a été mesurée à Cevio, avec 293 millimètres, selon Meteonews.

Le débit de certains cours d’eau tessinois a atteint un niveau observé tous les vingt ans, voire plus.
Le débit de certains cours d’eau tessinois a atteint un niveau observé tous les vingt ans, voire plus.
KEYSTONE/Ti-Press

Ce chiffre ne correspond toutefois qu’à la valeur réelle enregistrée à la station de mesure. L’analyse des images radar indique qu’il est tombé jusqu’à 350 millimètres de pluie dans certaines parties de la vallée de la Maggia et du Val Verzasca.

800’000 francs pour le déblaiement

Dimanche matin, le débit de la Maggia était de 1500 mètres cubes par seconde, une valeur qui n’est atteinte que tous les trois ou quatre ans, écrit lundi le canton dans un premier bilan. Certains petits cours d’eau ont enregistré un volume connu seulement tous les vingt ans.

Ces précipitations ont provoqué de nombreux débordements et des glissements de terrain. Plusieurs maisons d’habitation ont dû être évacuées, mais seules trois d’entre elles n’étaient toujours pas habitables lundi.

Les glissements de terrain ont perturbé le trafic. La ligne ferroviaire entre Cadenazzo et Luino (I) restera notamment interrompue jusqu’à minuit. Le coût total des travaux de déblaiement et de remise en état est estimé à 800’000 francs, précise le canton.

Danger d’avalanches en haute altitude

Parallèlement, il a temporairement neigé jusque vers 1500 mètres, comme par exemple dans l’Oberland bernois. Un risque d’avalanche a été signalé sur la crête nord des Alpes, en Valais, dans les Grisons et dans le nord du Tessin, mais seulement au-dessus de 3000 mètres d’altitude, indique le bulletin d’avalanches de l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches (SLF).

Le principal danger provient de la neige fraîche et de la neige soufflée. Les alpinistes peuvent également déclencher des avalanches sèches. La prudence est de mise, particulièrement sur les pentes abruptes orientées au nord. Des avalanches «humides» sont également possibles en haute altitude sur des pentes herbeuses ou de rochers très raides et sur les flancs des glaciers.

ATS/NXP