Passer au contenu principal

AsieReport des législatives à Hong Kong, Washington critique

En raison du coronavirus, les élections au Conseil législatif hongkongais, prévues en septembre, ont été repoussés d’une année, a annoncé Carrie Lam.

D’après la cheffe de l'exécutif hongkongais, il s’agit de «la décision la plus difficile de ces sept derniers mois».
D’après la cheffe de l'exécutif hongkongais, il s’agit de «la décision la plus difficile de ces sept derniers mois».
AFP

La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam a annoncé vendredi le report des législatives qui étaient prévues en septembre en raison de la hausse des cas de coronavirus, une décision qui risque d'alimenter un peu plus la colère du camp prodémocratie. Ce dernier avait en effet enjoint Carrie Lam de ne pas instrumentaliser la pandémie pour se protéger d'une déroute dans les urnes.

«J'annonce aujourd'hui la décision la plus difficile de ces sept derniers mois (...) qui est de reporter les élections au Conseil législatif», a-t-elle dit en référence au LegCo, le Parlement de la ville. Elles auront lieu dans un an.

La mouvance prodémocratie à Hong Kong encaisse ainsi une nouvelle gifle, au terme d'un mois marqué par la disqualification de leurs candidats, des arrestations d'étudiants et le départ en exil de figures de l'opposition.

Un an après des manifestations sans précédent dans l'ex-colonie britannique depuis sa rétrocession en 1997, le pouvoir central chinois a engagé une reprise en main musclée de son territoire semi-autonome au travers d'une loi draconienne sur la sécurité nationale imposée fin juin.

Pékin approuve

La Chine a rapidement exprimé vendredi son soutien à la décision de Hong Kong de reporter d'un an ces élections législatives. «Ceci est nécessaire, raisonnable et légal», a déclaré le Bureau des affaires de Hong Kong et Macao, dans un bref communiqué. «Le gouvernement central comprend totalement cette décision et la soutient», ajoute-t-il.

Washington s’offusque

La Maison Blanche a quant à elle condamné ce report, jugeant que cette décision affaiblissait «le processus démocratique». «Nous condamnons la décision du gouvernement de Hong Kong de reporter d'un an les élections législatives», a déclaré Kayleigh McEnany, porte-parole de l'exécutif américain.

Pour la Maison Blanche, cette décision est «la dernière d'une longue liste de promesses non tenues par Pékin qui avait promis l'autonomie et le respect des libertés aux habitants de Hong Kong».

afp/nxp