Passer au contenu principal

Conseil fédéralRente de Blocher: des expertises se contredisent

Selon la presse dominicale, Berne a commandé deux expertises pour savoir si l’ex-conseiller fédéral avait le droit de réclamer rétroactivement sa rente d’ancien ministre. Mais les textes se contrediraient.

L’ancien conseiller fédéral UDC Christoph Blocher entend faire don de la rente de ministre qu’il réclame.
L’ancien conseiller fédéral UDC Christoph Blocher entend faire don de la rente de ministre qu’il réclame.
Keystone

La Confédération a commandé deux expertises relatives à la rente de ministre exigée rétroactivement par l’ex-conseiller fédéral Christoph Blocher, rapporte le «SonntagsBlick». Il s’agissait de savoir si le tribun de l’UDC avait droit ou non à ces quelque 2,7 millions de francs.

L’une des expertises a été réalisée par le spécialiste en droit du travail Thomas Geiser, professeur émérite à l'Université de St-Gall, l’autre par l’expert en assurances sociales Ueli Kieser, avocat et professeur aux universités de Berne et St-Gall.

Selon des sources non officielles, les deux expertises se contrediraient, indique le journal, qui a tenté de joindre les auteurs, sans succès. Mais selon le Sonntagsblick, celui qui doute le plus du bien-fondé de la demande rétroactive du tribun zurichois est Thomas Geiser. Pour l’expert, une renonciation comme l’a fait Christoph Blocher, a un caractère définitif. À moins que ce dernier puisse la justifier en raison de difficultés financières.

En raison de la procédure en cours, la Chancellerie fédérale n’a pas voulu dire combien ces deux expertises ont coûté.

Pour punir l’actuel Parlement

Christoph Blocher, 79 ans, a demandé le versement rétroactif de sa rente d’ancien conseiller fédéral. «Quand je vois comment le Parlement rouge-vert dépense l’argent ou comment la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter se fait l’avocate des groupes d’intérêt opposés à l’initiative «pour une immigration modérée (dite «initiative de limitation»), il ne doit pas y avoir de cadeau pour cet État», avait-il déclaré pour se justifier.

Il entend toutefois faire don de la rente de ministre qu’il réclame, a-t-il précisé vendredi sur son site de vidéos en ligne teleblocher.ch. «Personnellement, je ne verrai rien de cet argent», a-t-il dit. Le «patriarche» de l’UDC refuse toutefois de s’engager publiquement, avec les 2,7 millions de francs concernés, pour une cause en particulier. «Parler des dons que l’on verse, ça ne se fait pas de toute manière», souligne-t-il.

Jusqu’à présent, jamais en Suisse les rentes de ministres n’avaient été versées rétroactivement. Le Conseil fédéral entend régler ce point à l’avenir sur le plan légal.

ATS/NXP