Passer au contenu principal

Lettre du jourRenforcer le quatrième pouvoir

Genève, le 2 mars 2010. Illustration caissettes à journaux. Rues basses. © Olivier Vogelsang
Genève, le 2 mars 2010. Illustration caissettes à journaux. Rues basses. © Olivier Vogelsang
TDG

Bellevue, 8 janvier

Les principes de base de la démocratie sont la séparation des pouvoirs en trois pouvoirs: l’Exécutif, le Législatif ou délibératif et le judiciaire. Il existe un quatrième pouvoir souvent oublié, une presse forte, indépendante et libre. Une démocratie solide encourage et soutient la presse. Aujourd’hui, la presse écrite, en particulier, manque cruellement de moyens financiers.

La démocratie confère le droit de vote aux citoyens, mais elle doit aussi créer un contexte favorable permettant à ses citoyens d’exercer leurs choix politiques de manière éclairée. Une presse indépendante et plurielle joue un rôle essentiel, celui de «gatekeeper» de la transmission des faits politiques, historiques et scientifiques. L’avènement de la révolution médiatique (internet et réseaux sociaux) a conduit à une transformation radicale du transfert de la connaissance et des informations. Le revers de cette médaille correspond à une explosion de fake news, de post-vérités, de mensonges et théories du complot.

L’utilisation des réseaux sociaux à des fins de désinformation a trouvé son acmé avec Donald Trump. Le président américain l’a bien compris. Le martèlement continu, la répétition quotidienne d’informations mensongères et populistes sur Twitter ou ailleurs, a mystifié une partie de l’électorat républicain, les obligeant à l’irréparable au Capitole.

La démocratie est plus fragile que nous ne le pensons… les États-Unis l’ont prouvé ce 6 janvier 2021. Le quatrième pouvoir, une presse forte et indépendante, doit être politiquement et financièrement renforcé, c’est un des gardiens du temple.

Au début de cette nouvelle année, soutenons nos quotidiens et nos journaux en nous abonnant. C’est un geste fort, que nous pouvons tous modestement réaliser, afin d’essayer de défendre une certaine vérité et ce bien inestimable, mais fragile, que représente la démocratie.

Jean Daniel Viret

28 commentaires
    Gaulois-GE

    L’idéal d’un journal digne de ce nom serait d’être indépendant dans les faits, c’est à dire financièrement. Toute la presse dépend(ait) des publicités et donc de leurs donneurs, qu’on ne pouvait pas froisser. Si c’est l’Etat qui dorénavant finance, on aura les mêmes problèmes.

    Je ne connais qu’un journal vraiment indépendant, le Canard Enchaîné, soit disant satirique, mais qui de fait est libre (dans le respect des lois) de révéler ce qu’il apprend sur tout sujet, puissant ou misérable, de gauche comme de droite.

    Bon, évidemment, le lectorat suisse-romand ne pourrait jamais arriver à financer un tel journal hebdomadaire...