www: l’euphorie est derrière nous

Regard Eco

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Belle coïncidence. Il y a trente ans, en 1989, au moment où au CERN, Tim Berners-Lee faisait circuler son fameux mémo qui allait donner naissance au world-wide-web, paraissait aussi l’ouvrage posthume de Marshall MacLuchan intitulé «The Global Village». Dans ce livre, le co-auteur Bruce Powers présente la synthèse théorique à laquelle MacLuhan est arrivé peu avant sa mort en 1980, à propos de la manière dont toute technologie de communication transforme lentement le milieu dans lequel cette technologie a été introduite. Le moment venu, ce processus peut aboutir à mettre en question l’utilité même de cette technologie et ouvrir la voie à son remplacement. Le modèle de MacLuhan – parfois appelé tétrade – est fait de quatre questions qui, mises bout à bout, conduisent à faire une appréciation intégrale des effets sociétaux d’une technologie. La première porte sur l’effet amplificateur du nouveau média.

Si la télévision a propagé l’image en la rendant universellement accessible, le www a donné une nouvelle dimension à la coopération en donnant à tout un chacun les moyens d’être acteur du monde virtuel, sans distance, et non pas seulement spectateur. Parallèlement à l’amplification de certains aspects, toute nouvelle technologie contribue à l’obsolescence d’autres. C’est la seconde interrogation de la tétrade. La suprématie de l’écran et du visuel que le www promeut a sans doute pour conséquence le progressif essoufflement de l’écrit au profit de l’image et la disparition subséquente des livres et journaux, mais aussi des mass media classiques mono-directionnels par définition. Avec pour conséquence l’éclatement en mille morceaux de la notion de vérité, jusque-là jalousement sauvegardée par les codes de déontologie des professions concernées.

Le troisième aspect sur lequel MacLuhan attire l’attention est l’effet dopant que toute nouvelle technologie exerce sur certains aspects menacés ou en voie de disparition. Là encore, le regard sur les trois dernières décennies est plein d’enseignements. En ouvrant la voie aux médias sociaux, le www a libéré l’interaction interpersonnelle des canaux du courrier et du téléphone, en créant un espace sui generis.

La quatrième question enfin est prospective. Elle porte sur la métamorphose que subit le média lui-même quand il est poussé aux limites. Cette question concerne notre temps. Depuis l’apparition (récente) des géants du net connus sous l’acronyme des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), le mode du web fonctionnait – ou en donnait l’impression – de manière largement décentralisée. Avec les GAFAM, une tendance centralisatrice est clairement perceptible, alimentée soit par un dessin politique, comme en Chine, soit, plus prosaïquement, par l’appât du gain. La centralisation va de pair avec la «marchandisation» du web, laquelle éloigne le web de sa mission première qui en faisait un sanctuaire du «open source». En trente ans, l’invention disruptive d’hier est devenue normalité, ce qui laisse à penser qu’une nouvelle disruption se prépare déjà quelque part.

Créé: 27.03.2019, 10h19

Paul H. Dembinski, directeur de l’Observatoire de la finance

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...