Passer au contenu principal

Un vote dans ces conditions n’a pas de sens!

En tant que candidat au Conseil administratif de la Ville de Genève, je demande le report du 2e tour des élections municipales. Des Genevoises et des Genevois meurent, sont hospitalisés ou confinés, le service des soins intensif des HUG est débordé. La priorité absolue est aujourd’hui de sauver des vies, de soigner les malades et de contenir l’épidémie. Toutes les énergies disponibles doivent s’y consacrer.

De plus, il n’y a pas de démocratie véritable sans libertés d’expression, de réunion, d’association. Ces libertés sont aujourd’hui suspendues: toute réunion ou conférence est prohibée, tout stand de rue est proscrit, et la Confédération interdit la récole de signatures pour les initiatives du 21 mars au 31 mai 2020. Un vote dans ces conditions n’a pas de sens! D’ailleurs, les scrutins des 1er ou 2e tour des élections municipales au Tessin, à Lucerne et en France, ainsi que les votations du 17 mai 2020, ont été annulées.

Nous avons tous assisté à de nombreuses manifestations de solidarité en cette période de crise: appartements mis à disposition du personnel médical frontalier, gratitude envers ceux qui sont au front, exprimée par des applaudissements aux balcons. Sur une affichette collée dans mon immeuble, un enfant a proposé d’aider ses voisins et a ajouté: c’est l’heure de la solidarité. La crise a souligné l’importance de la solidarité: nous redécouvrons concrètement que la société ne peut fonctionner que si nous travaillons ensemble, et non chacune ou chacun pour soi.

Des entrepreneurs autrefois florissants, qui critiquaient l’Etat social, se plaignent aujourd’hui du fait que l’assurance chômage ne les protège pas assez. L’Etat propriétaire offre un soutien que les privés n’accordent pas: la GIM et d’autres communes ont annoncé qu’elles seraient souples pour l’encaissement des loyers, alors que les propriétaires privés font la sourde oreille aux difficultés des locataires. Le système des loyers de la Ville, calculés en pourcentage du revenu, protège les locataires face à la crise. En temps de crise plus encore qu’en temps normal, la force de l’Etat fait notre force.

La solidarité ne vaut pas seulement entre voisines et voisins dans nos allées, mais doit devenir le centre de nos préoccupations: un système de santé publique, des primes d’assurance maladie proportionnelles au revenu, un logement abordable et de qualité pour chacune et chacun, une assurance chômage généreuse et une AVS renforcée pour compenser la baisse inévitable de l’épargne retraite individuelle: ce sont des exigences que la crise révèle comme fondamentales.

Affrontons la pandémie de manière solidaire, sortons-en de manière solidaire! Construisons une ville forte, un Etat social, une société solidaire, qui nous protègent toutes et tous lorsque survient la maladie, le chômage, la pauvreté. Elu au Conseil administratif et avec le soutien de sept élus Ensemble à Gauche au Conseil municipal, je serai le moteur de ce chantier et le garant d’une ville progressiste!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.