Passer au contenu principal

En vert et contre tout...

DR

Genève, 10 novembre

Je salue et me réjouis du succès de mon ancien parti, les Verts, aux élections nationales. Voilà qui devrait donner une impulsion forte à la prise en compte de l’urgence climatique au niveau national.

Cependant, je ne partage pas toutes les convictions des Verts, en particulier en ce qui concerne leur conception du sport d’élite, qu’ils jugent commercial et sans intérêt pour la population. Cela les entraîne aujourd’hui dans une croisade contre le projet du Pré-du-Stand, guerroyant ainsi contre les intérêts d’une grande partie de la population, notamment de la jeunesse.

Comment, en effet, peut-on raisonnablement préférer la sauvegarde d’un terrain agricole à la prise en compte des besoins scolaires et sportifs de nos enfants ?

Les élèves de Vernier ont impérativement besoin d’un nouveau cycle, la vétusté de l’actuel a été reconnue par tous, comme l’urgence de la nouvelle construction. Peut-on décemment l’ignorer ?

Les juniors de notre club phare, le Servette FC, comme l’ensemble de celui-ci, ont impérativement besoin d’un centre de formation adéquat, adapté aux nécessités modernes du sport de pointe. Alors que le Servette FC a suscité un immense élan populaire de soutien après sa promotion en Super League, comment envisager de brutalement lui claquer la porte au nez?

Dans une autre vie, j’avais assumé brièvement la direction du CO de Pinchat, dans lequel existait déjà le dispositif sport-études en lien avec le club Étoile Carouge FC.

Je peux vous assurer que la plupart des élèves se montraient fiers de leurs copains footballeurs et que ceux-ci adoptaient une attitude responsable face à l’école, inspirée tant par leurs entraîneurs que par les professeurs.

Quoi qu’en disent les Verts, le sport d’élite est nécessaire à notre jeunesse, car il nourrit ses rêves et permet à ses pratiquants de faire l’expérience de la responsabilité.

De quelque couleur qu’elle soit, une vague, poussée par un séisme politique ou pas, peut se transformer en tsunami, causant alors de terribles dégâts. N’en infligeons pas à nos jeunes le 24 novembre et acceptons le projet du Pré-du-Stand.

Jean-Michel Bugnion

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.