Le tsunami Maudet submerge tout

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pierre Maudet par-ci, Pierre Maudet par là… Le conseiller d’État PLR semble occuper tout l’espace médiatique local depuis le mois d’août. Pas moyen d’y échapper, «l’affaire» est partout, tout le temps. Mais pourquoi au fond? Qu’est-ce qui fait que les médias lui accordent autant de place et que les Genevois ne parlent presque plus que de cela?

Pour les médias, il ne fait aucun doute que l’affaire Maudet cumule tous les critères qui en font une histoire exceptionnelle. Vous avez un homme de pouvoir au parcours jusque-là sans tache, extrêmement populaire, qui, soudainement, chute pour avoir un peu trop joué avec les règles.

Personnalisation, pouvoir, trahison, coups de théâtre, chute. Tous les ingrédients sont réunis. Mais cela n’explique pas encore la dimension qu’a prise ce drame politique. Pour cela, il faut en plus une personnalité aussi complexe que l’est celle de Pierre Maudet. La plupart des hommes et des femmes politiques auraient abdiqué depuis longtemps, vaincus par la pression, les révélations, la gêne. Lui résiste, s’entête et tient tête à tout le monde: les médias, la direction de son parti, le PLR Suisse, le Conseil d’État vraisemblablement, une partie importante de la population sans doute. Tout le monde aimerait en finir, passer à autre chose. Peu lui en chaut.

Cette démission, il aurait pu la présenter en septembre, lorsque le Ministère public l’a formellement mis en prévention. Il a préféré avouer publiquement, face aux caméras, le mensonge, la faute. Enfin, pas tout à fait! Il n’a jamais parlé de «mensonge», préférant la formule «Je n’ai pas dit la vérité». Il a ensuite eu maintes occasions d’annoncer son retrait, il ne l’a pas fait. Du reste, démissionnerait-il si l’assemblée générale du PLR que ses soutiens ont exigée tournait en sa défaveur? C’est loin d’être certain.

Cette attitude, cette capacité de résister dans la tempête, explique aussi le «feuilletonnage» de l’affaire. Il n’y a pas un début, un milieu et une fin qui apaiserait les choses. Pierre Maudet joue avec les nerfs de tout le monde, déplaçant ses pions sur l’échiquier pour contrer ses adversaires. Et il y parvient. Du moins jusque-là.

De plus, ce n’est pas seulement un homme qui est sur la sellette, c’est le système qu’il a construit: financement, réseaux, amitiés plus ou moins désintéressées, tout cela constitue une matière première incroyable pour les enquêtes. De quoi alimenter chaque épisode du feuilleton et de provoquer l’épisode suivant.

Enfin, il convient de souligner que l’affaire Maudet ne remplit en réalité pas tout l’espace médiatique, loin de là. C’est plutôt l’impression qu’en ont les Genevois. Dans une édition type de la «Tribune de Genève», ce dossier occupera au maximum deux pages sur vingt-huit. Mais le lecteur ne retiendra que cela.

Parce que c’est une histoire haletante, parce qu’il y a de l’émotion, du suspense, des rebondissements. Et aussi, tout simplement, parce que chacun peut avoir un avis tranché, plus ou moins bien documenté, sur la question. De la même manière qu’on peut se positionner aisément en assistant à un match de football de son équipe favorite.

Créé: 04.12.2018, 19h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...