Ne pas se tromper d’époque

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les manifestations des fonctionnaires de ces dernières semaines et la multitude de rendez-vous donnés aux citoyens dans les urnes rappellent le climat des années 1990. Mais la comparaison est trompeuse. La rapidité de l’augmentation de la dette – qui a poussé alors d’un milliard tous les 18?mois durant la décennie 1990-2000 – comme ceux du chômage – multiplié par six – illustrent la différence. A l’époque, l’Etat avait connu aussi des baisses officielles d’effectifs.

On n’en est pas là aujourd’hui, comme en témoigne le budget 2016 où les postes augmentent encore.

D’où vient alors l’inquiétude? Des offensives tous azimuts de la droite parlementaire: sur la LDTR, les prestations aux plus pauvres dans le budget 2015, les mécanismes salariaux des fonctionnaires, le Personal Stop, sans oublier les 42?heures hebdomadaires. Elle provient aussi manifestement de la difficulté du Conseil d’Etat à affirmer son cap et à en négocier les étapes avec les partis. Dans ces conditions, la gauche recourt au peuple. On verra le résultat. Mais si la gauche gagnait ces votations d’étape, elle perdrait sur le fond si elle n’arrive pas à rendre crédible la manière dont elle répondra aux défis de ces prochaines années: l’égalisation de l’imposition des entreprises, la stabilisation de la dette sous son niveau du frein à l’endettement et le maintien des prestations. En n’oubliant pas qu’en votation populaire les citoyens n’acceptent pas si facilement d’augmenter leurs impôts.

(TDG)

Créé: 24.11.2015, 15h12

Marc Bretton

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Aéroport: un vol toutes les 87 secondes en 2030
Plus...