La Suisse au Conseil de sécurité de l’ONU!

Daniel Högger, chargé de cours à l’Université de Bâle. Senior Policy Fellow «Global Governance» au think tank de politique étrangère foraus.

Daniel Högger, chargé de cours à l’Université de Bâle. Senior Policy Fellow «Global Governance» au think tank de politique étrangère foraus.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est maintenant une certitude, le Conseil fédéral est en route pour un autre conseil: le Conseil de sécurité de l’ONU. Transmis récemment au parlement, le rapport du Conseil fédéral sur la candidature de la Suisse en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité pour 2023-2024 constitue ainsi la dernière étape d’un long processus de discussion initié en 2011. Mais cet effort n’a pas suscité que des réactions positives. L’argument veut que la participation de la Suisse au Conseil de sécurité soit incompatible avec la neutralité suisse, mais ce scepticisme repose cependant sur un raisonnement erroné.

La Suisse ne serait pas le premier pays neutre à entrer au Conseil de sécurité. D’autres Etats neutres, comme la Belgique, l’Irlande ou le Costa Rica, y ont siégé à plusieurs reprises. De plus, lors de sa demande d’adhésion à l’ONU en 2002, le Conseil fédéral avait précisé que la Suisse était un Etat neutre et le resterait même en tant que membre de l’ONU.

Conformément à la Charte des Nations Unies, la Suisse peut décider de manière autonome de la forme de sa participation aux missions de maintien de la paix. Elle restera donc souveraine quant à sa participation à ces missions et ce, indépendamment de son vote initial sur les résolutions. En résumé, la Confédération n’aura aucune obligation autre que celles auxquelles elle a déjà souscrit en tant que membre de l’ONU. Non seulement la neutralité ne représente pas un obstacle au Conseil de sécurité, mais une participation suisse sera même complémentaire aux objectifs nationaux de la politique étrangère. En effet, il est mentionné à plusieurs reprises dans la Constitution fédérale que la Confédération doit veiller à la paix dans les relations internationales. Ainsi, la neutralité ne doit pas être comprise comme un but en soi, mais comme un moyen d’atteindre ce but. De même, la paix et la préservation de la sécurité internationale sont des objectifs primordiaux de la Charte de l’ONU et le Conseil de sécurité joue un rôle central dans l’approche de ces objectifs. En cas de conflit pouvant menacer la paix mondiale et la sécurité internationale, le Conseil de sécurité est appelé à inviter les parties concernées à résoudre le conflit de manière pacifique. Ce n’est que si cette approche s’avère inefficace que le Conseil de sécurité peut adopter des mesures militaires. Et même dans ce cas de figure, la Suisse pourra toujours agir en tant qu’Etat autonome et indépendant, défendant sa neutralité de manière complète.

En plus de sa neutralité conservée, la Suisse aura l’opportunité de se concentrer sur son activité traditionnelle de médiation et de promotion civile de la paix. De surcroît, un tel siège facilitera l’accès aux grandes puissances permettant de mieux communiquer les intérêts et les valeurs helvétiques. Finalement, la Suisse aura une plus grande capacité d’influence qui lui permettra de mieux défendre ses demandes répétées de réformes du Conseil de sécurité.

Créé: 17.07.2015, 18h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manif: faible mobilisation chez les fonctionnaires genevois
Plus...