Royaume-Uni: les ravages du populisme

Lettre d'Europe - Le FigaroChaque semaine, la Tribune de Genève publie un point de vue sur l’actualité signé par un éditorialiste européen, dans le cadre de notre alliance LENA avec six grands journaux du continent: El País, La Repubblica, Le Figaro, Le Soir, Die Welt et le Tages-Anzeiger.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les démagogues font d’autant mieux leurs affaires qu’ils ont jeté leur pays dans la discorde», soulignait Esope. Mais les populistes eux-mêmes ne sont pas épargnés par les chocs en retour que suscitent leurs promesses irréelles et les passions qu’ils déchaînent. Ainsi, tout comme David Cameron, Theresa May s’est carbonisée en jouant avec le feu. Le premier a déclenché le Brexit en voulant reprendre le contrôle du Parti Conservateur. La seconde, qui comptait profiter de la faiblesse de l’opposition pour fonder un leadership fort et stable, se retrouve avec une légitimité effondrée et une majorité très relative qui dépend des unionistes d’Irlande du Nord.

Theresa May, en décidant d’organiser par surprise des élections anticipées le 18 avril dernier, a délibérément ignoré les leçons des récents scrutins dans les pays développés qui témoignent de la volatilité de l’opinion et de la révolte des citoyens. Elle s’est trompée de campagne en se concentrant sur le Brexit que les Britanniques considèrent comme acquis et en négligeant les questions liées aux revenus, aux retraites et à la sécurité. Elle a estimé qu’elle avait élection gagnée en refusant de participer au débat télévisé et en limitant les réunions publiques. Elle a développé un populisme anglican et un conservatisme rouge et brun, mêlant l’étatisme, la critique de l’économie de marché et la dénonciation de l’immigration, qui a fait le jeu de l’extrémisme de Jeremy Corbyn. Celui-ci, en dépit d’un programme radical associant renationalisations, envol des dépenses publiques et des impôts, indifférence pour la sécurité et les libertés publiques, a ainsi été plébiscité par les jeunes et les salariés.

Les élections législatives britanniques sont un banc d’essai du populisme dont elles démontrent les ravages. Theresa May sort du scrutin pour ce qu’elle est: un leader faible sans projet ni programme cohérent. Les contradictions du conservatisme rouge apparaissent au grand jour: choix du grand large tout en restaurant les frontières et en réduisant l’immigration des deux tiers, dumping fiscal et social tout en renforçant l’Etat providence, choix d’un Brexit dur tout en s’enfermant dans le déni sur ses conséquences, alignement sur les Etats-Unis au moment où leur leadership s’effondre, rupture avec l’Europe au moment où elle se relance. La fragilité du leadership de Theresa May et de sa majorité relative réduit par ailleurs fortement la possibilité d’un accord sur le Brexit d’ici à 2019. Au risque de conséquences désastreuses pour l’économie, l’unité et la sécurité du Royaume-Uni. L’évolution du Royaume-Uni souligne ainsi la fragilité des démocraties face au populisme qui constitue la pire des menaces pour la liberté. La violence du retournement est inouïe, témoignant de la puissance dévastatrice des passions politiques.

Au début de 2016, le Royaume-Uni connaissait une réussite exceptionnelle. La croissance évoluait entre 2,5 et 2,8% par an. Le plein-emploi était rétabli. La forte réduction du déficit public laissait envisager le retour à l’équilibre budgétaire pour 2020. La domination écrasante de la City sur la finance européenne allait de pair avec le dynamisme retrouvé de l’industrie, de l’immobilier et du tourisme. Londres s’imposait comme la métropole européenne majeure au sein de la mondialisation. Le Royaume-Uni avait pris le contrôle politique et intellectuel de l’Union. Ses institutions étaient respectées comme un modèle de stabilité et les valeurs libérales britanniques étaient reconnues comme une source majeure d’inspiration pour l’Europe et l’Occident. Dix-huit mois ont suffi pour annihiler les acquis de dix-sept années de redressement. La croissance a chuté pour se limiter à 1% en 2018 contre 1,8% dans la zone euro et 2% en Allemagne. L’inflation tend vers 3% par an, laminant les salaires réels. La dévaluation de plus de 15% de la livre a stimulé dans un premier temps l’économie mais au prix de l’amputation des patrimoines et les revenus. Les entreprises s’apprêtent à être coupées de leurs marchés et à voir détruites les chaînes de valeur intégrées avec le continent. Les capitaux internationaux, les talents et les cerveaux commencent à se détourner. La City assiste impuissante à la perte programmée de son leadership sur les transactions en euros. Le Royaume-Uni se découvre vulnérable face à la terreur djihadiste qui n’a aucun lien avec l’immigration européenne et vis-à-vis de laquelle la coordination des stratégies de sécurité avec celle de l’Europe est impérative. L’unité de la nation est menacée par la sécession de l’Ecosse et la déstabilisation des accords de paix en Irlande du Nord qui pourrait accélérer la réunification de l’île. Après l’invention de la régulation keynésienne et de l’Etat providence puis le long déclin de l’après Seconde Guerre mondiale, après la révolution libérale initiée par Margaret Thatcher, les élections législatives du 8 juin 2017 confirment la nouvelle mutation du modèle britannique enclenchée par le Brexit. Le Royaume-Uni tourne le dos à tout ce qui a permis sa modernisation depuis 1979: l’économie de marché, la concurrence, la société ouverte, sur fond de séquelles du krach de 2008, de polarisation sociale et territoriale, de perte de confiance dans les institutions et la classe politique, de haine des élites. L’embardée populiste refait du Royaume-Uni une île que les passions nationalistes et xénophobes coupent de l’Union comme du monde du XXIe siècle au moment où Donald Trump, menacé de destitution, enterre le leadership des Etats-Unis. Elle a pour résultat paradoxal de ressouder l’Union européenne et de faire prendre conscience à ses citoyens de l’ampleur des acquis de l’intégration du continent. Face à la faillite politique et morale du monde anglo-saxon, c’est aujourd’hui à l’Europe de combattre le fléau populiste et de reprendre le flambeau de la liberté.

Membres LENA El País, La Repubblica, Le Figaro, Le Soir, Die Welt, le Tages-Anzeiger et la Tribune de Genève.

Créé: 11.06.2017, 21h34

Articles en relation

Comment Macron s’est fait un nom en Europe

Lettre d'Europe Plus...

Les populistes sont surestimés

Lettre d'Europe Plus...

Nicolas Baverez, éditorialiste pour le quotidien «Le Figaro»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.