La robotique progresse en force

La finance en direct

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La robotisation est un sujet en vogue qui alimente bien des conversations. Quel sera son impact sur la croissance économique et notre rôle en tant que capital humain? Comment notre vie quotidienne sera-t-elle affectée, dans une société qui nous promet davantage de temps libre? Comment intégrer les robots dans la gestion d’un système fiscal modernisé?

Autant de questions auxquels les réponses sont incertaines. Une chose est néanmoins sûre, les robots, cobots ou autres chatbots sont une réalité que nul ne peut plus ignorer dans sa réflexion sur l’avenir immédiat.

Ce thème d’investissement, sur lequel nous sommes positionnés depuis un an, se révèle porteur sur un plan purement financier. Si nous avons fait le choix d’investir au travers d’une sélection de titres, le recours à des véhicules plus diversifiés, comme les ETF, offre une option intéressante pour qui souhaite une exposition large. Il faut cependant être conscient que l’indice global de la robotique a progressé de 50% en un an.

Jouer ce thème de manière «détournée» est peut-être la solution. Je m’explique. La robotique est et sera dépendante du transfert de données, rendu possible par les évolutions technologiques récentes et l’émergence de la 5G. Dans ce contexte, un facteur essentiel pour assurer la pleine efficacité de la robotisation sera la capacité à disposer d’une sécurité maximale dans le transfert des données (cybersécurité), qui est une manière indirecte de jouer le thème incontournable de la robotisation de notre quotidien. En outre, mettre l’accent sur la cybersécurité constitue un moyen de jouer un autre thème d’investissement qui nous semble important: la digitalisation de l’économie et ses conséquences sur la consommation, le marketing et la publicité, ou encore le domaine de la santé. En conclusion, la cybersécurité, au carrefour de plusieurs thématiques majeures, semble un thème d’investissement à ne surtout pas dédaigner.

*CIO Prime Partners

Créé: 02.03.2017, 09h16

Articles en relation

Et si on taxait les robots...

Fiscalité L’idée fait débat. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson la défend. Plus...

François Savary, CIO Prime Partners

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...