Le risque politique se déplace vers les émergents

La finance en directOubliez les atermoiements autour de l'Amérique de Trump. Hongrie, Colombie ou Mexique monopolisent l'agenda.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après deux années politiques intenses dans le monde développé, avec le Brexit, l’élection de Donald Trump et la montée de l’euroscepticisme, les pays émergents vont prendre le relais avec un agenda politique chargé.

Il n’y a, certes, aucun suspense quant à l’issue des présidentielles russes le 18 mars ou des législatives hongroises le 8 avril, qui devraient reconduire le gouvernement de Fidesz. La Colombie va également renouveler son parlement le 11 mars et élire un nouveau président le 27 mai. Et malgré la fragmentation du congrès qui pourrait compliquer les négociations avec les FARC et l’armée de libération nationale, le risque politique semble modéré. Enfin, les législatives malaisiennes qui se tiendront avant le 24 août ne devraient pas réserver de mauvaise surprise, même si la coalition du premier ministre Najib mènera une campagne peut-être plus assertive que les précédentes.

En revanche, au Mexique, une victoire du candidat « anti-establishment » AMLO aux présidentielles le 1er juillet pourrait freiner les réformes et augmenter les risques autour de l’Accord de Libre Échange Nord-Américain.

De même, l’avenir du Brésil dépendra de la capacité de son prochain président, qui sera élu en octobre, à réformer le système des retraites, à l’origine de son déficit public insoutenable. Malheureusement, aucun candidat crédible ne se dessine à ce stade.

Enfin, les huit élections régionales qui se tiennent cette année en Inde sont plus importantes qu’il n’y paraît car elles permettront de jauger la popularité du premier ministre Modi en amont des élections générales de 2019. (TDG)

Créé: 12.03.2018, 09h59

Stéphanie de Torquat, stratégiste chez Lombard Odier

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Tunisie: un projet de loi veut que les femmes héritent autant que les hommes
Plus...