Retour à la normale pour la croissance suisse

LA FINANCE EN DIRECTMalgré l'essoufflement conjoncturel mondial, le moral est bon.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur la lancée de la fin de 2017, la croissance suisse a débuté 2018 sur les chapeaux de roue affichant, lors des deux premiers trimestres, une progression de 0,7% du produit intérieur brut (PIB). Cette dynamique était soutenue par la vigueur du commerce international et de nos principaux partenaires commerciaux.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. La guerre commerciale déclarée par Donald Trump a tempéré la croissance mondiale, car le manque de dynamisme de la Chine a fragilisé l’activité dans les pays asiatiques, au Japon, puis en Europe. Au troisième trimestre, le PIB de la zone euro n’a ainsi progressé que de 0,2%, l’Allemagne plongeant même en territoire négatif, «victime» de la baisse de ses exportations et des difficultés de l’industrie automobile à mettre en œuvre les nouvelles normes antipollution.

La croissance de la Suisse va être affectée par cet essoufflement conjoncturel mondial. Le PIB helvétique n’affichera plus l’enthousiasme du début de l’année, mais si sa progression demeurera largement positive, supérieure à celle de nos voisins européens. En effet, le moral des entrepreneurs reste élevé, les exportations se maintiennent, les taux d’utilisation des capacités de production sont supérieurs à leur moyenne à long terme et le chômage flirte avec des plus bas historiques. La production industrielle devrait ainsi rester soutenue, les investissements réguliers et la consommation rassurante malgré la faible hausse du pouvoir d’achat des ménages.

Il ne faut pas s’alarmer de ce retour à la norme de la croissance. Il tempérera les pressions à la hausse sur les prix à la consommation, et permettra à la Banque nationale suisse de poursuivre sa politique monétaire très stimulante. La question est de savoir où se situe la norme: inférieure à 1%, soit la croissance potentielle helvétique, ou 1,9%, soit la moyenne des 15 dernières années. (TDG)

Créé: 21.11.2018, 15h16

René-Pierre Giavina, stratégiste financier BCV

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Etude: les Suisses champions du monde pour restituer un portefeuille perdu
Plus...