Un projet d’intérêt public

La lettre du jour

Image: MAURANE DI MATTEO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Genève, 19 novembre

J’ai lu que selon les référendaires, il suffirait de mieux utiliser les terrains existants pour régler le problème du domicile de l’académie de football, actuellement à Balexert, et que l’emplacement du cycle du Renard devient un sujet de «prise d’otage et/ou de chantage» au déclassement des terrains du Pré-du-Stand!

Ce type d’affirmation démontre une parfaite ignorance quant aux charges et obligations d’une académie qui forme plus de 300 juniors, filles et garçons, qui emploie 58 personnes pour un budget annuel de 3 millions sans subventions. Recommander que l’académie s’éparpille sur les terrains du canton résume bien cet état d’ignorance.

Les référendaires visiblement partisans de la politique du «y’a qu’à, il suffit de et faudrait juste» devraient se plonger dans le casse-tête quotidien de la planification pour les 19 500 licenciées et licenciés du football à Genève (dont 12 000 juniors) à répartir sur les 100 terrains du canton, utilisables en dehors des jours de pluie et de neige entre 17 h et 22 h! Et il faut savoir que les 300 jeunes filles et garçons de l’académie entrent dans ces chiffres, utilisant pour les plus grands et autant que faire se peut déjà les installations voisines.

Mais que de problèmes logistiques, de transport, de vestiaires, matériels, soins médicaux, salles de théorie, etc... et j’en passe. Il est par exemple bon de savoir que l’équipe féminine, 1ère de la plus haute classe de jeu suisse devant le FC Bâle et Young-Boys, s’entraîne à Balexert de 19 h 30 à 21 h 30 faute de place... et partage son terrain avec le rugby!

C’est pourquoi ceci n’a rien à voir avec du «chantage» ou «une quelconque prise d’otage»; les trois bénéficiaires de ce projet, l’État de Genève (nouveau cycle d’orientation à Balexert et logements à la place de l’ancien cycle), Commune du Grand-Saconnex (constructions d’infrastructures communales et un terrain mutualisé au Pré-du-Stand) et le pôle football genevois sont indissociables et répondent à une nécessité d’intérêt général, devant profiter à toute la communauté genevoise. Je soutiens aussi la sauvegarde de notre patrimoine, agricole notamment, et me bats contre d’autres déclassements. Dans le cas Pré-du-Stand, il s’agit d’un projet d’importance d’intérêt public.

Michel Pont, membre du comité de Genève Éducation Football

Une exposition fait débat

Genève, 16 novembre

Je souhaite réagir aux propos d’Isabelle Graesslé («TdG» du 13 novembre) à propos de l’exposition «Dieu(x) : modes d’emploi». L’expression «les classes du secondaire se pressent en nombre à l’exposition» est remarquable par sa mauvaise foi. Les classes ne se pressent pas, le DIP les presse, c’est bien différent. Et Isabelle Graesslé le sait bien.

Cette exposition, organisée sous la pression d’une clique de théologiens soucieux de réintroduire l’enseignement de la religion dans les écoles sous couvert de «laïcité», financée par l’État, est évidemment un scandale. Il faut dire qu’aucun musée n’en voulait et que les «spécialistes reconnus» ne sont en vérité que des spécialistes déjà convaincus. Mais en plus de cela, et malgré les millions investis, cette exposition est aussi un échec. Personne ne se presse, contrairement à ce qui nous est dit ici.[...]

Olivier Gratien


Les logements à vendre limités

Carouge, 6 novembre

De nombreuses familles souhaitent accéder à la propriété de leur logement à Genève. Lors de la mise en vente d’appartements en propriété par étages (PPE), les listes d’attente comportent des dizaines de candidats par logement!

Or, l’initiative 162 vise justement à limiter encore plus la production d’appartements destinés à la vente et contribuera, si elle est votée, à aggraver cette situation qui ne correspond pas à la volonté d’un grand nombre. Dans un canton où les propriétaires sont rares (environ un cinquième des habitants), dans un environnement de taux d’intérêts bas, dans un univers hypothécaire où existe la possibilité de contracter des emprunts sécurisés à long terme (10-15 ans) et d’amortir, il est bien plus favorable de pouvoir acquérir son logement plutôt que de rester locataire. Nombreux sont ceux qui peuvent y prétendre !

C’est pourquoi il faut voter NON à cette initiative qui va à l’encontre des besoins et des souhaits de nombreux citoyens le 24 novembre prochain.

Bénédicte Montant

Écrivez-nous à courrier@tdg.ch, Tribune de Genève, courrier des lecteurs, case postale 5155, 1211 Genève 11.

Créé: 21.11.2019, 09h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mayor et Queloz reçoivent leur prix Nobel à Stockholm
Plus...