La présidentielle sans fin de Marine contre Emmanuel

La rédactionXavier Alonso observe le match entre les deux meilleurs ennemis du monde politique français.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le troisième tour de la présidentielle française aura lieu lors des Européennes du 23 mai. Les deux meilleurs ennemis du monde politique français se retrouvent comme au bon vieux temps de 2017.

Deux ans après ce désormais célèbre débat télévisé pour le second tour de la course à l’Élysée, Marine Le Pen et Emmanuel Macron s’affrontent par listes interposées. Devenu le Rassemblement national, l’ex-FN fait la course en tête des intentions de vote avec La République en marche!, le parti de la majorité présidentielle. Léger avantage pour ce dernier. Tous deux naviguent autour des 22% d’intentions de vote.

«Les deux têtes d’affiche trustent déjà l’attention des médias de l’Hexagone»

Aussi, les deux têtes d’affiche trustent déjà l’attention des médias de l’Hexagone. Quand bien même la France a d’autres urgences. Le grand débat national, qui doit permettre de sortir de la crise des «gilets jaunes», arrive bientôt à bout touchant, mais il a déjà produit ses effets. La popularité d’Emmanuel Macron, plus à l’aise qu’un poisson dans l’eau lors de l’exercice de la rencontre avec la France d’en bas, a connu une embellie inattendue. Le président de la République sort de la séquence tout requinqué, alors que son début de quinquennat s’essoufflait.

Tout aussi pimpante est la mine réjouie de Marine Le Pen. Elle était donnée pour quasi morte politiquement au sortir de ce second tour de présidentielle désastreux, elle est désormais l’autre personnalité politique qui se pavane. Durant la crise des «gilets jaunes», moins elle parlait, plus sa cote remontait. Sur les ronds-points et dans les manifestations, l’idée que le RN est le parti des laissés-pour-compte continue de se propager. La colère des fins de mois difficiles est un carburant puissant. Qui confirme la thèse que les Le Pen n’ont pas choisi de défendre les précaires, mais que les précaires ont choisi les Le Pen pour se défendre… Contre la mondialisation, contre le déclassement, contre les bouleversements de la société.

Opposition inexistante

Dans ce contexte, les autres opposants – de gauche comme de droite – sont quasi inexistants. Toutes les outrances de Jean-Luc Mélenchon et de Nicolas Dupont-Aignan, tous les parjures de Laurent Wauquiez et les inconstances de Benoît Hamon, tout comme les transparences d’Olivier Faure (cet inconnu toujours pas connu est le numéro un d’un parti encore puissant il y a sept ans) ne changent rien. Ils sont inexistants. Le débat politique français se résume au duel à venir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Au pays des idées, la personnalisation à outrance de la politique provoque ces curieux effets de loupe. Que sait-on, que débat-on du programme social et des idées pour relancer l’économie du parti de Marine Le Pen? Pas grand-chose. Où en sont les réformes d’Emmanuel Macron? Et ses propositions pour revitaliser la participation de ses concitoyens à la vie publique, comme ses initiatives pour l’immédiat besoin de pouvoir d’achat? Peu de chose pour l’instant, mais sa figure présidentielle va mieux, assure chacun. La présidentielle sans fin se poursuit, rejouée à satiété avec deux excellentes têtes d’affiche, il est vrai! (TDG)

Créé: 15.03.2019, 09h59

Xavier Alonso, rédacteur en chef adjoint de la rédaction Tamedia.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bolsonaro chez Trump
Plus...