Porter la voix des locataires et des assurés

L'invité Paroles de candidats au Conseil national: Quels sont les problèmes genevois qu’ils souhaitent tenter de régler à Berne et quels enjeux prioritaires pour la Suisse aimeraient-ils aider à résoudre?

Christian Dandrès, 
Avocat, député, candidat PS au Conseil national

Christian Dandrès, Avocat, député, candidat PS au Conseil national

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un logement abordable, un travail non précaire, sans harcèlement, des soins à des primes abordables devraient être des droits pour toutes et tous. Au même titre, la grève des femmes du 14 juin a mis en lumière un droit à l’égalité qui ne se concrétise toujours pas.

L’UDC, PLR et PDC veulent réserver ces droits à une minorité privilégiée. L’appel «Tout le monde doit faire des sacrifices!» occulte l’énorme concentration des richesses. Or, renoncer au superflu n’est pas la même chose que se priver du nécessaire.

Les milieux immobiliers veulent institutionnaliser les pratiques les plus détestables des bailleurs: contrats à durée déterminée, congés «économiques» pour relouer plus cher, etc. L’initiative de l’Asloca «Davantage de logements abordables» a été refusée au nom des «principes de l’économie de marché» qui démontrent pourtant chaque jour leur incapacité à favoriser la construction d’appartements accessibles à la majorité de la population.

Cette «loi du marché» fait de même obstacle à des mesures d’ampleur urgentes contre la crise climatique.

En juin, le parlement fédéral a décidé de réduire la protection contre les loyers abusifs, permettant aux bailleurs d’augmenter les loyers et empêchant les locataires de s’y opposer.

La droite refuse d’améliorer la protection des travailleur·euse·s. Elle prétend que le dumping salarial serait empêché par les conventions collectives de travail (CCT), mais refuse de protéger les délégué·e·s élu·e·s des salarié·e·s qui les négocient et signalent leur violation. Récemment, des salarié·e·s qui défendaient leur CCT ont été licencié·e·s avec effet immédiat, avec la bénédiction du Tribunal fédéral.

Le parlement fédéral maintient un financement de l’assurance maladie imposant la même prime à un·e retraité·e ordinaire qu’au directeur de l’Aéroport, gagnant presque le double d’un·e conseiller·ère d’État. Alors que le stress au travail coûte des milliards à l’assurance maladie, les employeurs ne versent pas un centime à cette dernière.

Quelques luttes auxquelles j’ai participé montrent qu’il est possible d’obtenir des succès à partir de l’action de salarié·e·s, de locataires et d’assuré·e·s, et sauvegarder les intérêts de la population. Ceci a permis d’étendre la gratuité d’accès à la justice pour les assuré·e·s, en sus des locataires et salarié·e·s, ou la réintégration des agent·e·s du service public en cas de licenciement infondé, un droit injustement refusé aux salarié·e·s du privé. La loi sur la CPEG (12 228) que j’ai corédigée a été acceptée en votation avec l’appui de l’Asloca et du mouvement syndical. Les rentes sont préservées, les terrains du PAV resteront en mains publiques et les futurs logements seront soustraits à la spéculation.

L’avenir du droit du travail, du bail et des assurances sociales ne se joue pas en premier lieu au parlement, mais avant tout par l’action des salarié·e·s, des locataires et des assuré·e·s. La présence à Berne de député·e·s qui portent leur voix est cependant indispensable.

Créé: 10.09.2019, 19h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...