Des plaques rouges sur la croix blanche

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le monde est confronté à la résurgence d’une maladie extrêmement contagieuse et potentiellement mortelle: la rougeole. Il y a trois ans, grâce à des campagnes de vaccination, elle était éradiquée dans 35 pays du continent américain. Cette année, les États-Unis ont recensé près de 700 cas, la pire épidémie depuis l’an 2000, tandis que l’Unicef soulignait récemment que ce pays détient le record d’enfants non vaccinés (plus de deux millions et demi), devant la France et le Royaume-Uni. Dans ces trois pays, ce sont les thèses antivaccins, qui ne reposent pourtant sur aucune base scientifique, qui ont abouti à cette flambée. Aux États-Unis, certains groupes religieux ont également propagé des rumeurs alors qu’ils refusent les vaccins par simple idéologie. Les réseaux sociaux ont largement participé à cette propagation de fausses informations.

Dans un film de la série documentaire «La fabrique du mensonge», diffusé en avril par France Télévisions et intitulé «Vaccins, les rumeurs ne meurent jamais», le processus de diffusion de l’infox concernant un lien entre «le vaccin de la rougeole et l’autisme» était décrypté.

Son origine remonte à 1998, quand un médecin britannique publiait une étude dans la revue «The Lancet», un article démenti et retiré deux ans plus tard. Entre-temps, des scientifiques démontaient cette pseudo-étude d’un médecin «malhonnête». On apprenait aussi qu’il avait déposé un brevet de vaccin concurrent. Depuis, ce docteur a été radié de l’Ordre des médecins et ne peut plus exercer. «Cette rumeur liant le vaccin de la rougeole et l’autisme est celle qui a fait le plus de mal à la vaccination en général», affirme le Dr Michel Cymes, animateur d’émissions médicales à la télévision française. Après l’annonce du gouvernement français du passage à onze vaccins obligatoires, le médecin médiatique s’agaçait de la résurgence de la revendication de la «liberté de vacciner», qui cache selon lui des «antivaccins indifférents à la santé publique». La semaine dernière, l’Office fédéral de la santé de la Confédération a publié un chiffre inquiétant: 138 patients ont contracté la maladie, soit sept fois plus que l’année précédente à la même période. À Genève, cinq cas ont été recensés en début d’année.

L’OMS se veut rassurante en estimant que l’objectif d’élimination peut être atteint en Suisse, grâce à une «couverture vaccinale en continuelle augmentation». Sur le site d’Infovac, plateforme de l’Université et de l’Office de la santé, on indique qu’«en l’absence de vaccination, il y aurait chaque année en Suisse environ 40 à 70 encéphalites et 15 à 40 décès». Cela n’empêche pas un site antivaccin helvétique d’affirmer dans un texte daté du 28 avril dernier qu’en Suisse, «la mortalité liée à la rougeole a disparu avant que l’on commence à vacciner systématiquement tous les enfants. Cette vaccination, si elle a bien eu un effet sur la fréquence de cette maladie, n’a, par contre, eu aucun impact sur sa mortalité.» Pour ce groupe, «la recrudescence actuelle des cas de rougeole est une nouvelle occasion de stigmatiser les personnes non vaccinées, jugées responsables de ces «mini-épidémies» par les autorités sanitaires, relayées par une presse complaisante. Leur argument étant qu’il faudrait atteindre un taux de vaccination de 95% pour éliminer cette maladie.»

La vaccination est «un acte médical et peut avoir des effets secondaires», rappelle le Dr Cymes, mais «les vaccins ont sauvé des millions de vies» dans le monde. Des questions demeurent sur l’hydroxyde d’aluminium utilisé dans de nombreux vaccins, pour stimuler la réponse immunitaire de l’organisme. Utilisé depuis 1920, cet adjuvant a fait l’objet de nombreuses études. Selon les «décodeurs du «Monde», «aucun lien de causalité n’a été établi entre la présence d’aluminium dans les vaccins et des troubles de la santé». Cependant, cet élément qu’on pensait biodégradé par l’organisme apparaît plus résistant mais cela ne remettrait pas en cause son utilisation.

Créé: 03.05.2019, 15h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...