Patrick-Etienne Dimier: Happy Birthday Mr President

La revue des blogsEdmée Cuttat: "The Square", le jury rate la cible. John Goetelen: Chaud devant. Cédric Segapelli : Bagdad, La Grande Evasion. Stéphane Guex-Pierre: Bouffons du roi ! Maurice-Ruben Hayoun: Chabbat au Herods à la Mer morte.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Patrick-Etienne Dimier Happy Birthday Mr President

Il y a tout juste cent ans naissait le plus charismatique président des Etats-Unis du XXe siècle, John Fitzgerlad Kennedy, plus connu sous ses initiales JFK. Né le 29 mai 1917 dans la banlieue chic de Boston, Brookline d’un père homme d’affaires et diplomate et d’une mère, Rose Fitzgerald dont le patronyme fera son deuxième prénom. (...) Dès son discours d’investiture JFK annonce le changement de paradigme. EN prononçant des phrases aussi mythiques que « chaque homme nait égal en droit » et avant de vous demander ce que les Etats-Unis peuvent faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays », il donne le ton. Mais c’est aussi là que ses adversaires, tapis dans l’ombre des rideaux du Bureau Ovale, vont commencer à ourdir l’attentat qui lui vaudra la vie. Les changements voulus pas JFK ne pouvaient que contrarier Wallshingon. En particulier son « Executive Order 1110 » de janvier 1963 qui lui vaudra, en novembre d’être lâchement assassiné à Huston Texas. Mais il serait for injuste de résumer sa présidence à cela. Il a inauguré la conquête spatiale en promettant qu’avant la fin de la décennie 60’, l’homme marcherait sur la Lune, ce qui a été fait. (...) C’est avec le cœur toujours meurtri que celles et ceux qui croient dans un monde meilleur, plus juste, célèbrent avec émotion ce 100e anniversaire.

John Goetelen: Chaud devant

Cette fin mai rappelle celle de 2003. Alors que la grande manif contre le G8 défilait, après un saccage sans précédent à Genève, les températures maximales commençaient à côtoyer les sommets. Ce fut le commencement de la grande chaleur du début du XXIe siècle. Elle fut exceptionnelle par sa durée et ses records. Pendant des semaines l’air fut sec et immobile. Implacable. Grande peur climatique oblige, elle fut interprétée comme un signe catastrophique du réchauffement. Cependant les épisodes météo extrêmes ne sont pas si rares et pas cantonnés aux trente dernières années. J’ai mentionné ici l’été 1540, terrifiant (on traversait le Rhin à pieds). (...) En début d’année l’OMM et l’ONU annonçaient des phénomènes extrêmes pour 2017. Ce n’est pas encore le cas, mais nous n’en sommes qu’à la moitié de la période. Les prévisions saisonnières pour l’été à venir sont floues et contradictoires. (...)

Edmée Cuttat: "The Square", le jury rate la cible

(...) La Palme devant revenir à 120 battements par minute du Français Robin Campillo, un film choral fort, bouleversant, évoquant la lutte contre le sida dans les années 90. Une œuvre rare s‘adressant autant au cœur qu’à l’intelligence, unanimement plébiscitée sur la Croisette. Son auteur doit toutefois se contenter du Grand prix . Pedro Almodovar et ses complices ont par ailleurs sous-estimé Faute d’amour du Russe Andrey Zvyagintsev en ne lui attribuant "que" le Prix du jury. Il méritait d’être tout en haut du palmarès avec sa critique d'une société déshumanisée, à travers la disparition de l'enfant d'un couple moscovite. Un film coup de poing, brutal, implacable, glaçant, servi par une superbe mise en scène. (...) En-dehors de quelques grands moments, on ne peut en effet pas prétendre que cette 70e édition dont on attendait énormément, laissera un souvenir impérissable. Pourtant on était parti sur les chapeaux de roue avec Faute d’amour d'Andrey Zvyagintsev et 120 battements par minute de Robin Campillo. La compétition s'est ensuite poursuivie en dents de scie, sans émerveillement. (...)

Cédric Segapelli : Bagdad, La Grande Evasion.

Au cœur d’une actualité littéraire en constant déséquilibre où l’on évoque sans grande surprise et avec une belle constance les romans destinés à cartonner comme c’est le cas actuellement avec la reine du polar français, il serait pourtant dommage de passer à côté d’un indéfinissable et brillant roman tel que Bagdad, La Grande Evasion, de Saad Z. Hossain. Un récit qui se déroule à Bagdad durant la guerre du Golfe, un auteur originaire du Bangladesh, une fois encore, c’est la maison d’édition Agullo qui nous propose une texte qui sort résolument de l’ordinaire en poursuivant ainsi sa démarche visant à nous faire entendre la voix d’auteurs provenant d’autres horizons afin de nous faire partager leurs cultures et leurs perceptions du monde qui nous entoure. En 2004, on survit comme on peut à Bagdad. (...)

Stéphane Guex-Pierre: Bouffons du roi !

"N'oubliez pas : la télé c’est que de la télé". (...) Certes, il y a eu dérapage. Grave qui plus est. Exposer aux jugements du public, à la moquerie, une vie sentimentale qui doit rester privée (a fortiori quand celle-ci est en pleine construction et souffre de ne pouvoir déjà être assumée dans le cadre familial) est condamnable moralement. Tromper ainsi une personne, dans ces conditions, par manipulation, est une sorte de viol moral. Mais c'est au Conseil Supérieur de l'Audiovisuel de rendre justice, ou - le cas échéant - aux tribunaux eux-mêmes. Le lynchage revanchard d'une meute de "bien-pensants" me laisse tout aussi scandalisé que le canular lui-même. Les lynchages ne sont souvent que des expédients pour expier ses propres fautes. Entre les intellectuels bon teint offusqués qui multiplient les déclarations opposant l'élite à la plèbe décervelée, les ex-fans frustrés qui vomissent sur la star après avoir tenté vainement de l’approcher, les racistes qui soulignent les origines tunisiennes, les antisémites qui ne manquent pas de relever que l'animateur est "forcément" protégé, ce lynchage est-il réellement animé de bonnes intentions ? Il n’existe aucune bonne raison dans un lynchage, sauf à céder aux sirènes du talion. (...) Maurice-Ruben Hayoun: Chabbat au Herods à la Mer morte.

Je me rends compte que la totalité des jeunes serveurs et des maîtres d’hôtel sont des bédouins. L’Etat d’Israël a très intelligemment géré les Bédouins qu’il recrute pour son armée où ils forment des bataillons homogènes. Ils n’ont pas leurs pareils pour repérer les traces laissées par des infiltrations de terroristes. Dans l’obscurité, ils ont une vue perçante et jusqu’ici ils ont, comme les Druzes, fait preuve d’une totale loyauté à l’endroit de leur pays, l’Etat d’Israël. (...) Toutes les langues se font entendre ici, mais l’hébreu est devenu la seconde langue du pays, au profit du russe. Figurez vous que les Bédouins comprennent l’hébreu, mais pas les femmes de chambre ukrainiennes ni les plagistes. Il faut parler russe… (...)

Pierre Jenni: Naissance de l'espace-temps élémentaire

Notre divagation numéro 1 imaginait la "brique" unique, douée d'ubiquité parfaite et donc présente en tous "lieux" de l'espace, de l'infini à l'infini. Nous énoncions l'hypothèse que la "vitesse absolue" permettant cette ubiquité parfaite aurait pour conséquence de "tuer le temps". Passé, présent et futur se trouveraient confondus dans ce qui pourrait bien être l'Eternité ! Et pourtant, nous percevons une successivité des évènements dans ce que nous appelons "le temps". Nous avons même la prétention de mesurer avec une grande exactitude, notamment au moyen d'horloges atomiques, l'écoulement de ce temps dont nous croyons pourtant savoir qu'il est relatif, vérification faite par ces mêmes horloges, expérimentalement. Il manque donc quelque chose à notre idée de "brique unique", à la fois toute puissante et tellement élémentaire que le néant est son asymptote. (...) (TDG)

Créé: 29.05.2017, 10h32

Articles en relation

Olivier Perroux: Magique Jordan!

La revue des blogs Edmée Cuttat: le thriller érotique de François Ozon. Sylvain Thévoz: Un mémorial en mémoire de Nelson Mandela à Genève qui nous fait honte. Rémi Mogenet: New York ou le classicisme gigantiste. Marie-France de Meuron: L'économicité des prestations médicales. Demir Sönmez: Barazzone interdit une expo sur l’île Rousseau ... Plus...

Pascal Gavillet: Le monde au diapason des cinéastes - ou l'inverse?

La revue des blogs Cyril Aellen: Diminution des prestations ou réformes ? Claude Bonard: De Platon à Emmanuel Macron. Maurice-Ruben Hayoun: Au bord de la Mer morte. Sylvie Neidinger: Trump dit être " allé au Pape". Carol Scheller: Pour les jeunes sans avenir, Israël reste la terre promise. Plus...

Béatrice Deslarzes: Ziegler-Brabeck, un contraste éclatant

La revue des blogs Le groumeur g'nevois: Bonnant franchit le Rubicon. Joseph Daher: Genève, une laïcité déformée? Maurice-Ruben Hayoun: Lettres d’Israël IV : Au bord de l’eau. Pascal Carlier: Saffie Rose, portrait d'une combattante croisée... Plus...

John Goetelen: Le “ni-ni” de Macron et le “et-et” de May

La revue des blogs Patrick Dimier: Le tsunami Macron. Xavier Comtesse: Sell in, Sell out. Rémi Mogenet: Georgina Mollard nous a quittés. Maurice-Ruben Hayoun: Lettres d’Israël III, le vieux souk de Natanya. Esther Alder: Les villes renforcent leur engagement en faveur des migrants. Plus...

Mireille Vallette: La mosquée de Plan-les-Ouates inaugurée dans la joie et l’harmonie.

La revue des blogs Jean-Noël Cuénod: Gouvernement Macronvélique, entre caviar et knout. Jean-Dominique Michel: Une nouvelle stratégie pour la pleine conscience.Pascal Gavillet: Cannes 2017 : détournement de Godard.Claude Bonard: "Piogre, sa crémière et sa cuirasse..." Pascal Décaillet: Le tram 12 a bon dos ! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Matin et 20 Minutes regroupés
Plus...