Être ou ne pas être

La semaine en BourseLes résultats trimestriels des entreprises américaines sont bons. Et bien que cela soit prévu, la Bourse continue son ascension.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les marchés sont définitivement incapables de prendre une direction. Depuis que l’on a intégré le fait que la guerre économique n’aura pas lieu, depuis que l’on sait que Trump peut bombarder qui il veut sans qu’il y ait la moindre conséquence, nous nous sommes rabattus sur les chiffres trimestriels publiés par les sociétés.

Ces derniers sont généralement excellents. Par contre, tout le monde le sait. Et du coup, la première partie de la semaine écoulée aura été placée sous le signe du «on savait». Donc on a vendu parce qu’on savait, car dans le monde de merveilleux de la finance on dit qu’il faut «acheter la rumeur et vendre la nouvelle».

Et puis la seconde partie de la semaine, dès les publications du bilan trimestriel de Facebook, on s’est aperçu que c’était plus que bon, c’était même carrément très très bon et tout le monde a commencé à courir après. En fait, on pensait que Facebook allait souffrir parce qu’il vend nos données à des méchants publicitaires qui vont faire du marketing avec et puis en fait non. Au contraire, Facebook a fait un carton, justement parce qu’ils continuent de vendre nos données et qu’accessoirement, ce ne sont pas les seuls. Dans la foulée Amazon a pulvérisé les attentes des analystes, tout comme Microsoft et Intel.

«J’ai comme le sentiment que l’été sera très chaud»

On peut dire ce que l’on veut, le trimestre qui aura pris fin le 31 mars 2018 aura été fantastique pour la majeure partie du marché. La question qui nous préoccupe donc dorénavant, c’est de savoir si ça va durer.

Nous voici donc dans la même panade dans laquelle nous sommes depuis toujours, la question étant toujours posée: «De quoi demain sera fait?» Actuellement les journées s’écoulent alors que les intervenants n’ont pas une vision plus lointaine que douze heures. Et pourtant, à en croire les journaux, dans douze mois la récession pourrait être parmi nous. J’ai comme le sentiment que l’on n’a pas fini de rire et que l’été sera très chaud. (TDG)

Créé: 30.04.2018, 10h44

Thomas Veillet, fondateur du site Investir.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...