Oui, les médias font des erreurs

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le terme fake news (fausse nouvelle ou, littéralement, nouvelle truquée) a été retenu comme mot de l’année 2017 par le dictionnaire anglais Collins. Un an plus tôt, c’était l’expression post truth (post-vérité) qui avait les honneurs du dictionnaire d’Oxford.

"Le canard est une nouvelle quelquefois vraie, toujours exagérée, souvent fausse (…); on paie cinq centimes et l’on est volé"

Gérard de Nerval

Dans la sphère politico-médiatique, la fausse nouvelle est une arme à double usage. En la lançant, on vise à discréditer et déstabiliser un adversaire. En dénonçant comme fausse nouvelle une information constituée, on l’esquive et on en déconsidère l’auteur. Ainsi sont restitués les mécanismes de la propagande, dont l’efficacité repose toujours sur l’exploitation d’une part de réalité avérée, fût-elle infime.

Fake news, l’expression anglo-américaine est nouvelle, la réalité ne l’est pas. Ses ancêtres sont légion. À commencer par le fameux «canard», dont Gérard de Nerval écrivait: «Le canard est une nouvelle quelquefois vraie, toujours exagérée, souvent fausse (…); on paie cinq centimes et l’on est volé.»

Dans son essai La tyrannie de la communication (1999), Ignacio Ramonet présentait un florilège de duperies véhiculées par des journaux de réputation internationale. En Suisse? La Tribune de Genève finit par débusquer les plagiats d’un prétendu correspondant en Iran, dans les premiers temps de l’ayatollah Khomeiny. La Neue Zürcher Zeitung s’aperçut qu’un entretien avec un célèbre avocat américain sur la peine de mort, publié dans son supplément du dimanche, n’était qu’un produit de l’imagination. Le Blick qu’une interview de Mick Jagger parue dans ses colonnes était inventée de toutes pièces…

En comparaison, la fausse nouvelle diffusée début décembre par l’Agence télégraphique suisse (ATS) sur la venue du producteur hollywoodien Harvey Weinstein à Lugano n’est qu’un fétu de paille. Elle est pourtant significative de risques accrus par la multiplication de messages sur l’internet dans la seule intention d’en assurer la consultation et la circulation, afin d’en tirer profit.

Oui, les médias d’information commettent des erreurs – et il leur appartient de les corriger. Oui, ils connaissent des défaillances – et ils se doivent de les identifier. Oui encore, ils présentent des défauts; parmi les plus visibles, la circulation en boucle d’affaires enflées jusqu’à la démesure et l’inclination à opérer parfois des partages hâtifs et simplistes entre bons et méchants lors de conflits compliqués.

Et pourtant non, ces faiblesses ne traduisent pas une volonté délibérée de tromper le public. Les médias traditionnels ne se privent pas de la liberté d’interpréter l’actualité, ses soubresauts, ses contradictions. Ils continuent d’en rendre compte et ne se donnent pas pour vocation de servir de manufactures de fausses nouvelles.

Ce n’est rien dire encore des domaines scientifiques ou médicaux. Leurs enjeux sont majeurs, leur complexité extrême, leurs contextes changeants. Ils sont exposés plus que d’autres à des approximations ou à des simplifications, encouragées par l’absence d’instruments de connaissance et d’expérience de la plupart de nos contemporains, jusqu’au sein des médias eux-mêmes. Voyez le climat, les vaccins, l’alimentation… Sur ces terrains-là, qui nous sont proches, la fausse nouvelle est fréquente. Elle peut se révéler pernicieuse. Mais comme l’écrivait Kipling, ceci est une autre histoire.

(TDG)

Créé: 14.02.2018, 10h50

Daniel Cornu, le médiateur des publications Tamedia Publications romandes SA, peut être contacté ici par tout lecteur qui n’est pas satisfait de la réponse réservée par une rédaction à ses remarques ou réclamations touchant aux pratiques journalistiques.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...