Passer au contenu principal

Le nouveau redéploiement de la Suisse

Collonges sous Salève, 6 avril La «Tribune de Genève» a publié un article intéressant dans son édition du 28-29 mars sur le repliement de la Suisse durant la Seconde Guerre mondiale. Je souhaite verser à l’attention des lecteurs les informations suivantes.

Les Suisses domiciliés à l’époque en France n’avaient le droit de passer la frontière entre la Suisse et la France que s’ils étaient propriétaires en Suisse, ce qui limitait drastiquement le nombre de Suisses à franchir la frontière pour (re)gagner leur pays.

À la fin de la guerre, et pour donner cette assurance aux Suisses domiciliés dans un autre pays que celui de leur nationalité, il a été porté dans les passeports suisses la mention: «Le porteur de ce passeport est citoyen suisse et peut rentrer en tout temps et toutes circonstances en Suisse»… Cette expression a totalement disparu des passeports digitalisés et numérisés d’aujourd’hui!

Mes grands-parents Franzoni-Boissier, Suisses, sont restés dans leur propriété de Collonges-sous-Salève (par descendance des De Beaumont) durant toute la guerre en solidarité avec les Français.

Renée Blanche Boissier y a fondé le premier ouvroir de France (arrière s’occupant des soldats ou prisonniers) et traversait la frontière pour ramener des médicaments de Suisse en France.

Cet ouvroir se tenait dans le bâtiment «Le Fer à cheval», donné quelques années plus tôt par la famille De Beaumont pour aider les femmes alcooliques de Collonges-sous-Salève.

Mon arrière-grand-père le colonel divisionnaire Edmond Boissier, député-maire, membre du CICR, donna un terrain à ses petits-enfants (mon père et ma tante) afin de leur permettre de passer en cas de besoin impératif de France en Suisse. Il fallait que chacun fut propriétaire!

Je note en passant que personne ne les a directement remerciés (tant en Suisse qu’en France voisine) après la guerre, la solidarité était une affaire normale! Dont acte. De récentes mesures prises par la Suisse ravivent les cicatrices du passé.

Luc Franzoni, docteur en droit

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.