Passer au contenu principal

Les nomades digitaux (ré-)inventent la mobilité du travail

Avez-vous déjà rêvé de travailler sur la plage, au soleil, tout en sirotant un cocktail posé à côté de votre tablette? Pour les «nomades digitaux», les longues journées de dur labeur passées enfermés dans un bureau font partie du passé. Les murs remplis de graphiques et de notes manuscrites se sont transformés en magnifiques paysages.

Travailler dans un café à Tokyo, dans un espace de co-working à New York ou sur une plage à Bali sans passer par la case bureau, cela fait désormais partie du quotidien d’une nouvelle génération de travailleurs.

Travailleurs indépendants, les nomades digitaux n'ont pas de lieu de travail fixe. Elles et ils ont la liberté d’exercer leur job de n'importe point du globe, grâce à internet.

Depuis l'avènement d’internet, une multitude de nouveaux emplois ont vu le jour: webmaster, développeur d’applications, consultant en webmarketing, pour n’en citer que quelques-uns.

Un point commun les réunit. Le désir de fusionner travail et plaisir dans un environnement orienté sur la réalisations des objectifs, plutôt que sur les heures de présence au bureau.

Certains nomades digitaux réussissent même à vivre confortablement malgré un revenu considéré comme modeste, en Suisse. Leur mobilité leur permet de vivre dans des pays où le coût de la vie demeure moins élevé. Ce mode de vie peut-il néanmoins s’adapter aux besoins de toutes et tous?

On conçoit aisément que ce manque d'ancrage requiert une sacrée organisation pour les travailleurs nomades ayant des enfants. Et vous? Seriez-vous prêts à enfiler des sandales plutôt que vos chaussures avant de partir travailler?

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.