Neuf ans, déjà!

La semaine en BourseA Wall Street, il y a neuf ans, la Bourse touchait un plancher de 666 points. La fin du monde devait arriver. Le rebond s'est transformé en une hausse que rien ne semble devoir arrêter.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis quelques semaines, nous sommes tous devenus experts en inflation, experts en hausse des taux et experts en «pourquoi ça va bien finir par baisser». Pourtant ça ne baisse pas. Les chiffres de l’emploi de vendredi passé ont encore prouvé une fois que l’économie américaine va bien. Et après tout, si ça va mal en Europe, on s’en fiche, tant que ça va bien là-bas.

En plus, on aurait pu craindre que le spectre de l’augmentation des salaires et donc d’une inflation galopante revienne nous voir – puisque je le rappelle, c’est quand même à cause de cela que l’on s’est fait une belle frayeur début février.

Mais que nenni, les chiffres de l’emploi étaient canon vendredi dernier et la croissance des salaires était anémique. Du coup, pas besoin de réinventer la finance, le marché terminait en hausse comme une fusée et personne ne trouvait rien à redire au sujet de l’inflation et donc, in-extenso, de la hausse des taux.

Tout est donc bien qui finit bien et on s’attend à parler de «plus haut» historique dans les semaines à venir, car si les craintes inflationnistes s’en vont et que l’on se contente de ne monter les taux «que trois fois», il n’y a plus rien qui va retenir le marché.

«Il y a neuf ans, les visionnaires – Nouriel Roubini en tête – nous prévoyaient des jours toujours plus sombres»

Le marché qui fêtait justement ses neuf ans de «bull market» ce vendredi. Neuf ans que l’on avait touché le fameux niveau mythique des 666 points – pur hasard – sur le S&P 500. À cette même époque il y a neuf ans, nous étions au bord du gouffre, la fin était proche et les financiers visionnaires de l’époque (Nouriel Roubini, pour ne pas le citer) nous prévoyaient des jours encore plus sombres. La fin du monde était définitivement à nos portes, pour ne pas dire qu’elle avait le pied dans la porte et une fesse posée sur une chaise de la salle à manger.

Et pourtant c’est ce jour-là, il y a neuf ans, que nous avons décidé de dire NON à la baisse et depuis ça monte, ça monte et ça monte encore. Il y a six semaines on avait bien cru que c’était terminé et puis en fait NON. Alors longue vie au «bull-market» et bon anniversaire. (TDG)

Créé: 13.03.2018, 13h34

Thomas Veillet, fondateur du site Investir.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Arrestations dans l'affaire des cinq femmes tabassées
Plus...