Les migrants, notre avenir

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Face au discours dominant de la peur et de la frilosité qui empoisonne le débat sur les migrants, une petite musique nouvelle commence à se faire entendre en Europe. L’un de ses principaux interprètes n’est ni un gauchiste attardé ni un tiers-mondiste naïf, mais bien le patron des patrons allemands, Ingo Kramer.

Et que dit le Dr Kramer? Simplement que son pays a, et aura, de plus en plus besoin des migrants. Pour son industrie et ses services qui manquent cruellement de main-d’œuvre, pour compenser un déficit démographique de l’ordre de 200'000 bébés par an, et donc, in fine, pour garantir les retraites de demain.

Vue sous cet angle qui fait plus appel à la raison et à l’intérêt qu’à la générosité, la question des migrants prend une autre dimension. Et même si la situation de l’Allemagne – dont la population vieillit à toute allure – est sans doute unique en Europe, le discours de son «boss des boss» doit nous faire réfléchir.

«Sur les migrants, une petite musique nouvelle commence à se faire entendre en Europe»

Bien sûr qu’il faut mettre quelques bémols à la vision purement «économiste» d’Ingo Kramer. Bien sûr que, pour paraphraser Michel Rocard, l’Europe ne peut pas accueillir toute la misère du monde et qu’il faudra canaliser et structurer cette immigration.

Car c’est bien là que se trouve le plus grand défi de l’Europe et de la Suisse. Face aux flux migratoires que même les barbelés et les murs ne peuvent arrêter, les pays du Vieux-Continent n’ont pas d’autre choix que de se concerter pour organiser l’accueil et l’intégration de ces populations. Des populations qui, rappelons-le, ne quittent pas leurs pays par plaisir, mais fuient la guerre et la misère. En emportant avec elles les compétences et la vitalité qui nous font défaut.

L’enjeu est immense et concerne notre avenir. Raison pour laquelle il ne faut pas le laisser aux mains des xénophobes et des timorés. (TDG)

Créé: 27.08.2015, 07h49

Bernard Bridel, rubrique Monde

Articles en relation

Pauvre en travailleurs, l’Allemagne garde les migrants syriens

Asile Les 800'000 migrants attendus résoudront-ils le problème du vieillissement démographique? Le patronat y croit. Plus...

L'armée bulgare envoie des blindés à la frontière

Migrants en Macédoine La Bulgarie a envoyé des blindés aux quatre postes-frontières avec la Macédoine pour soutenir la police frontalière en cas d'afflux de migrants. Plus...

Hollande et Merkel réclament une réponse «unifiée»

Immigration La France et l'Allemagne ont demandé à l'Europe d'apporter une réponse «unifiée» à la crise des migrants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Ukrainiens se choisissent un humoriste comme président
Plus...