Quand la méthode Hollande a du bon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Qu’est-ce qui pousse François Hollande à en faire autant pour le climat? En se posant en défenseur zélé du globe, le président de la République veut-il sauver la planète ou son quinquennat? A deux cents jours de la COP 21, le sommet environnemental qui aura lieu à Paris en décembre sous la férule de la France, François Hollande vient parler climat à l’Organisation internationale du travail (OIT) à Genève.

Peu importent les motivations qui poussent le président français à se démener comme un beau diable pour que «son» sommet soit un succès et débouche sur un accord formel qui engage plus de 180 pays. Les attentes vont bien au-delà de sa propre personne, de sa politique et de son mandat.

«Il n’y aura pas de surprise de dernière minute. Chaque pays doit soumettre ses contributions aux objectifs de réduction de gaz à effet de serre.»

Mais, de fait, le soin qu’a pris François Hollande d’éviter un échec comme celui du sommet de Copenhague en 2009 a fait naître une méthode qui s’est avérée la bonne. La bataille pour la conclusion à Paris d’un accord suffisamment engageant pour la communauté internationale et qui succéderait au Protocole de Kyoto ne devrait pas se jouer en quelques heures au bout d’une nuit de négociations entre délégations exténuées. Non, la bataille de la conférence de Paris se joue tous les jours, depuis des mois, depuis que la France s’est engagée en 2012 à organiser ce sommet.

Il n’y aura donc pas de surprise de dernière minute. Chaque pays doit ainsi soumettre ses contributions aux objectifs de réduction de gaz à effet de serre. A ce jour, c’est fait pour plus de 40 pays. La Suisse est l’un des plus ambitieux en affichant un moins 50% de CO2 d’ici à 2030 (par rapport à 1990). En quelque sorte, François Hollande a inventé l’accord à maturation lente qui prend le temps d’intégrer toutes les complexités de notre monde. Il veut se garantir un succès à Paris. Tant mieux pour lui. Tant mieux pour nous!

Créé: 11.06.2015, 07h23

Xavier Alonso

Articles en relation

François Hollande, le climat comme nouvel objectif

Environnement Vice-président du GIEC, Jean Jouzel explique les enjeux du sommet de Paris. Le président français, dont il est conseiller environnemental, vient à Genève pour convaincre Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...