Passer au contenu principal

Les ménages suisses, cet employeur essentiel

Selon de récentes statistiques, la population genevoise compterait au moins 13 000 personnes actives clandestinement (+6%). Si la présence d’une économie grise n’est pas un secret, cette quantification officielle est une première.

Selon les données de l’OFS, les ménages offriraient 58 000 places de travail dans toute la Suisse, soit 1% du total des emplois. Comme l’illustre l’exemple genevois, ce nombre sous-estime la réalité, qui serait le double voire le triple du chiffre officiel. Il traduit toutefois la réponse à un besoin réel des ménages: celui de la prise en charge des tâches ménagères et familiales (garde des enfants et des personnes âgées).

Mais cette réponse ne fait sens qu’en cas d’une différence substantielle entre le coût net (y compris fiscal) «au gris» et la rémunération nette du ménage. Si cette dernière venait à se resserrer, un certain nombre de ces places de travail disparaîtrait, avec à la clé trois effets domino: le retrait du marché du travail d’un certain nombre de personnes, une demande accrue pour des services de crèche ainsi qu’une demande accrue pour la prise en charge des personnes âgées.

Aujourd’hui, les 13 000 clandestins genevois sont payés au lance-pierres, sans charges sociales et sans couverture d’assurance. Ils sont de plus rançonnés par des bailleurs peu scrupuleux et par diverses institutions qui transfèrent leur pécule vers leurs familles restées au pays.

Il s’agit d’un équilibre précaire et malsain. Toute mesure de légalisation devrait donc jouer sur les trois tableaux: assainissement radical du «marché» de la sous-location sauvage avec pour contrepartie l’extension tout aussi radicale de l’obligation d’assurance. De plus, il faudrait reconnaître l’utilité sociale de l’économie domestique par des encouragements fiscaux très substantiels.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.