La mauvaise foi des anti-chiens

Image: Pierre Abensur (archives)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Genève, 19 janvier

Dans l’article «Combien les chiens coûtent à la collectivité» («TdG» des 18 et 19 janvier), la «Tribune» interviewe les opposants à l’abolition de l’impôt sur les chiens.

Le conseiller administratif de Thônex Pascal Uehlinger, candidat à la Mairie, dit avoir fait une campagne de sensibilisation contre les incivilités canines.

Et les manquements de la Commune en matière canine, n’en dit-il pas mot, malgré l’encaissement de l’impôt?

Il n’y a pas un seul parc à chiens dans le territoire communal mis à disposition des propriétaires de chiens? L’incurie de la part de la Commune oblige les détenteurs soit à aller dans l’illégalité en détachant le chien pour qu’il puisse se mouvoir librement, ce qui est nécessaire à son bien-être, soit à ne jamais faire courir librement le chien.

La loi fédérale sur la protection des animaux est claire, elle impose, à son article 6, les détenteurs de leur garantir l’activité et la liberté de mouvement nécessaires à leur bien-être.

Il est facile de se plaindre et d’encaisser l’impôt communal mais de ne fournir que des caninettes en retour, au prix de 0,009 francs le sachet.

L’article en question fait mention de coût de l’incinération des crottes à chiens, mais fait total silence sur le même coût concernant les litières à chats, qui sont plus volumineuses. Il est clair que, vu la manipulation des mots, je vote pour un «oui» à l’abolition de l’impôt sur les chiens.

Manuel Alonso Unica, Mouvement de défense des propriétaires de chiens de Genève

Créé: 24.01.2020, 18h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...