Ça manifeste contre la loi travail: oui et non

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Hier encore, la CGT et différents syndicats plus petits, comme Sud, ont manifesté à Paris contre la Réforme du code du travail. Ils étaient entre 16 000 et 55 000, selon les décomptes des opposants ou de la police. Cela fait partie du folklore des mobilisations sociales en France. Non qu’elles soient dénuées d’intérêt ou illégitimes, mais d’un point de vue purement constatatif, celui qui entend simplement comprendre l’objet du courroux s’y perd parfois. C’est ce qu’on appelle en Macronie la «coagulation» des contestations.

Ainsi, hier encore parmi les cortèges, on a pu entendre des demandes véhémentes pour «un moratoire» sur la réduction des contrats aidés. Cette mesure du gouvernement, prise au cœur de l’été, met à mal de nombreuses associations et petites communes de France, notamment pour leurs activités périscolaires, qui s’appuyaient sur ces occupations pour garantir le bon fonctionnement de leurs institutions. Mais soyons clairs, cela n’a rien à voir avec la réforme du code du Travail.

Tout comme la présence des forains en tête du cortège parisien du mardi 12 septembre avait de quoi intriguer. L’objet de leur fâcherie? L’entrée en vigueur d’une ordonnance datant du précédent gouvernement – oui, le dernier de François Hollande – qui impose aux municipalités d’organiser un appel d’offres pour tous les emplacements publics d’animation. Ils y voient l’«uberisation» de leur métier et craignent pour les 200 000 emplois.

Une crainte respectable. D’autres critiquent le verrouillage d’un réseau de familles de forains sur ces activités qui empêchent tout renouvellement. Mon avis n’est pas arrêté sur la question, mais dans tous les cas, leur cortège était coloré et sympa. On y a vu deux géants en chair et en os qui jetaient des confettis plutôt que des pavés et donnaient une joyeuse allure burlesque à la manifestation contre la réforme de la Loi travail. Mais non, cela n’a rien à voir avec le texte qui sera présenté demain par le gouvernement, se dit-on comme une évidence en rajoutant de la mayo dans sa merguez frites acheté à un vendeur ambulant qui fait son harissa le long du parcours… Eh oui, il y a aussi une face «Paléo Festival» à ces miniremakes de Mai ‘68!

Dans ces deux cortèges, les fonctionnaires étaient déjà nombreux… Pourtant, l’actuelle réforme du Code du travail ne les concerne pas. Il n’empêche qu’ils sont tout de même inquiets et vont sans doute se joindre au défilé de la France insoumise samedi prochain. C’est ce qu’espère Jean-Luc Mélenchon, qui instruit en illégitimité le procès d’Emmanuel Macron et de son programme de réformes. Le leader de la gauche révolutionnaire appelle, lui, à battre le pavé contre le «coup d’Etat social». Une formule ronflante aux accents d’agitation qui ne dit rien de ses propres propositions et surtout qui sert à attraper toutes les colères et toutes les insoumissions! Du vrai populisme habile!

Il n’empêche que les fonctionnaires se sont déjà donné rendez-vous le 10 octobre prochain. Ils vont étrenner, eux aussi après la CGT en mai dernier, la manifestation préventive. Car ils se disent préoccupés par la réforme de l’assurance-chômage et de la formation professionnelle. A venir… Elles sont simplement inscrites à l’agenda. Ils sont surtout très inquiets par l’annonce du ministre de l’Action publique Gérald Darmanin qui a indiqué vouloir ouvrir une concertation de fond sur la rémunération dans la fonction publique. Vous avez raison, encore une fois, tout cela n’a que peu de lien avec la réforme du code du travail présenté par le gouvernement. Et c’est important de se le rappeler quand on attrape mal à la tête en regardant le Tournez manège des manifs!

Créé: 21.09.2017, 20h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Chinois exportent à nouveau
Plus...