Passer au contenu principal

Luc Barthassat ou les délires du Mini Trump

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Pierre Albouy (archives)

Il y a les faits, les demi-vérités, les petits et gros mensonges, la mauvaise foi… Puis il y a le style, le ton et le langage. Globalement, le public attend de la part d’un élu une action politique efficace, mais aussi qu’il respecte les règles élémentaires de la bienséance. Le conseiller d’État genevois Luc Barthassat les a toutes violées au cours d’un débat face à la conseillère nationale des Verts genevois, Lisa Mazzone, vendredi dernier dans l’émission Forum de la RSR.

Lire aussi: Mensonges, insultes et radio: le duel Barthassat - Mazzone

Il fut grossier, insultant, méprisant. Il a ponctué son propos de «bordel», il a attribué «âneries» et «bobards» à sa contradictrice, qu’il n’a cessé de couper d’un ton agressif, l’empêchant de développer ses arguments. Une opération de déstabilisation menée en mode Mad Max. «Mais… mais vous êtes fou», a fini par lâcher Lisa Mazzone, débordée par un flot de paroles incessant et confus. «Pas fou de vous, en tout cas», lui rétorque notre joyeux hâbleur. Luc Barthassat est hilare et continue d’aligner les mensonges avec aplomb (lire ici). Quand la Verte les pointe, il déclare avec une emphase de prétoire: «Je dis la vérité, rien que la vérité, toute la vérité.» Est-ce de l’humour?

Monsieur Barthassat, votre comportement est indigne. Il déshonore l’ensemble du Conseil d’État ainsi que votre département. Vous avez vos fidèles «suiveurs» sur Facebook, que vous alimentez deux heures par jour (source: L. Barthassat). Vous «likez» les messages les plus ignominieux pour rassembler, votre leitmotiv abusif. Vous êtes le roi incontesté du selfie. Vous cultivez l’image du motard, vigneron, amateur de rock sympa. Vous vous posez en adversaire impénitent des médias, avec une préférence sincère pour la Tribune. Vous êtes vrai, Lisa Mazzone serait fausse, une «Fake Grüne» (explications s.v.p.!). Tout cela cartonne auprès du public. Un vrai mini Trump genevois. La bosse des affaires en moins. Consternant.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.