Hongkong: l’ordre et la stabilité s’imposent

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des gratte-ciel scintillants, d’excellentes infrastructures, une forte concentration d’institutions bancaires - Hongkong était admiré pour sa paix et sa prospérité jusqu’à il y a deux mois, lorsque tout cela a été mis en péril.

Le déclencheur du chaos était un meurtre commis à Taïwan mais dont le suspect était de Hongkong, qui n’a aucune juridiction sur l’affaire. Après une consultation publique, le gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hongkong a proposé des amendements à la loi afin de permettre une coopération au cas par cas avec la partie continentale, Macao et Taïwan pour le transfert de fugitifs, en conservant toutes les garanties législatives procédurales et des droits de l’homme.

Cependant, alors que la justice n’a pas encore été rendue, certains ont qualifié la proposition de «complot politique déguisé» et de «cheval de Troie», suscitant la panique et des manifestations. Pour mieux recueillir les opinions et rétablir la paix, le gouvernement de la RAS a décidé de suspendre la proposition le 15 juin.

Malgré l’approche rationnelle et inclusive des autorités, des émeutiers se sont livrés à une escalade de violences. Bien équipés et bien formés, ils ont pris d’assaut les bâtiments gouvernementaux et législatifs, brûlé un exemplaire de la Loi fondamentale, profané le drapeau et l’emblème nationaux, endommagé des infrastructures, paralysé l’aéroport, tabassé des innocents, attaqué avec armes meurtrières des policiers, et crié «l’indépendance de Hongkong», portant un coup dur à l’État de droit et à l’ordre social à Hongkong.

Les forces en coulisses font passer les violences et actes illégaux pour «lutte pour les libertés fondamentales», alors que ce sont elles-mêmes qui piétinent l’État de droit et les droits de l’homme. Elles ont pour cible la prospérité de Hongkong, le principe «un pays, deux systèmes», voire la stabilité de la Chine entière. Une vieille tactique en effet, qu’on les a vus utiliser dans d’autres parties du monde, au mépris du principe de non-ingérence en droit international. De toute évidence, la paix à Hongkong est la dernière chose qu’elles souhaitent.

Le fondement de la paix et prospérité à Hongkong sont le principe «un pays, deux systèmes» et la Loi fondamentale, «un pays» étant la base et le préalable à «deux systèmes». Ce cadre a permis à Hongkong, depuis son retour dans le pays il y a 22 ans, de résister aux crises financières et de figurer parmi les économies les plus libres et concurrentielles du monde. Les Hongkongais ne sont plus des citoyens de «deuxième classe» comme à l’époque coloniale, jouissant de droits et libertés sans précédent. Hongkong fait partie de la Chine. Aucune force extérieure n’a le droit de la perturber.

Il est impératif de mettre fin aux turbulences et de rétablir l’ordre à Hongkong. Nous sommes confiants qu’avec le ferme soutien du gouvernement central et de la population continentale, Hongkong surmontera les défis et maintiendra sa prospérité.

Créé: 21.08.2019, 16h30

Chen Xu, Ambassadeur de la République populaire de Chine auprès de l’ONU

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...