Passer au contenu principal

Homo-islamophobe! Quand l’insulte suffit à clore le débat

Alain Rebetez observe un vent mauvais d'intolérance et de censure dans l'Hexagone.

Il souffle cet automne un vent mauvais dans les universités françaises, un petit vent aigrelet d’intolérance et de censure qui a frappé à Bordeaux la philosophe Sylviane Agacinski et à Paris le journaliste Mohamed Sifaoui.

La première, taxée d’«homophobie notoire» par une demi-douzaine d’associations d’étudiants de l’Université Montaigne de Bordeaux, a vu annulée la conférence qu’elle devait donner sur «L’être humain à l’époque de sa reproduction technique». Le second, qui préparait depuis deux ans un séminaire – «Prévention de la radicalisation: compréhension d’un phénomène et détection des signaux faibles» – s’est fait, lui, traiter d’islamophobe, et a vu son cours supprimé par la présidence de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne…

«Un petit vent aigrelet d’intolérance et de censure a frappé à Bordeaux et à Paris»

Qu’en est-il de Sylviane Agacinski? Femme de gauche, féministe et personnalité engagée pour les droits des homosexuels, elle peut difficilement être soupçonnée d’homophobie. Mais, ces dernières années, elle a pris des positions critiques envers l’homoparentalité, refusant l’extension de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et plus encore la GPA (gestation pour autrui), que ce soit pour les couples homosexuels ou hétérosexuels.

Dans un essai publié au mois de juin, elle explique la faiblesse du débat sur la GPA par le fait qu’une partie de la communauté gay la revendique comme un droit. «Du coup, montrer que cette pratique est une forme de servitude, c’est encourir l’accusation d’homophobie – accusation particulièrement pénible et injuste pour tous ceux (et celles) qui se sentent étrangers à un sentiment aussi bas et méprisable», écrit-elle.

Quatre mois plus tard, c’est exactement ce qui lui est arrivé. Face à des étudiants qui voulaient empêcher sa conférence, les organes de l’université ont reculé, invoquant la crainte de violences. Piètre excuse. En réalité, il a suffi d’une insulte – homophobe! – pour que les courages s’éteignent et que le débat soit clos.

À Paris, l’accusation est différente – islamophobe! – mais tout aussi ridicule. Mohamed Sifaoui, musulman laïque, est certes très critique envers les islamistes, mais il se trouve que les premiers inscrits à son séminaire sur la radicalisation étaient une quarantaine d’imams envoyés par la Grande Mosquée de Paris… Ils trouvent ça intéressant, va-t-on eux aussi les soupçonner d’islamophobie?

Seulement voilà: que pèsent encore les arguments? L’attaque portait sur le titre du séminaire, comme si parler de signaux faibles était une défiance envers l’ensemble des musulmans. Embarrassé, le président de Panthéon-Sorbonne a fait savoir qu’il avait suspendu le cours, «pour permettre de rendre ce projet plus efficace et si possible mieux compris par les censeurs en tous genres». Étrange formule. Que faut-il comprendre d’un recteur qui se soucie moins de défendre la liberté de ses enseignants que de ménager «les censeurs en tous genres»?

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.