Halte à la discrimination des jeunes!

Tout va bienExit a l'intention d'élargir les possibilités de recourir à une assistance au suicide. Anna Lietti en critique la logique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Je résume. Dans un premier temps, Exit n’aidait à mourir que des personnes atteintes d’une maladie incurable. Puis, elle a inclus ceux qui souffrent de «polypathologies invalidantes». A la mi-juin, l’association d’aide au suicide a décidé de plancher sur le projet d’étendre ses services aux «fatigués de la vie».

A tous les fatigués? Non, seulement aux vieux. Et les jeunes, alors? Et les désespérés dans la force de l’âge? Je m’insurge contre cette discrimination qui leur est faite. Si le critère d’accès à la potion létale est simplement d’être lucide et de vouloir mourir, je ne vois pas pourquoi on nierait aux jeunes le droit à une mort propre, en les acculant à des issues indignes (et salissantes) comme sauter du balcon ou se jeter sous un train.

Blagues à part. La fatigue de vivre n’attend pas le nombre des années. Mais lorsqu’un quadra dit qu’il veut mourir, on se mobilise pour lui donner envie d’exister. Lorsque c’est un vieux, il faudrait «respecter sa décision». Je ne vois qu’une explication à cette différence: la vie d’un vieux vaut moins que celle d’un jeune.

Lorsqu’un quadra dit qu’il veut mourir, on se mobilise pour lui donner envie d’exister. Lorsque c’est un vieux, il faudrait «respecter sa décision»

Parlons valeur. Un psychiatre me raconte comment il se démène pour soustraire une de ses patientes au compte à rebours d’Exit. Il a réussi à lui faire changer d’avis une fois, mais il craint le pire. Ce n’est bien sûr pas à Exit de s’employer à donner des raisons de vivre à cette femme, dit le médecin. En revanche, il est de son devoir de s’assurer que tout a été tenté pour cela. Par exemple, en passant un coup de fil à son psychiatre, ce que l’association n’a pas fait.

La dame est en santé, elle a toute sa tête, mais elle est maladivement anxieuse et physiquement fragilisée. On peut adapter l’environnement, embaucher quelqu’un pour les déplacements, plaide le médecin des âmes. Et que répond cette fatiguée de la vie? «Ça ne vaut pas la peine». L’argent, elle l’a. Mais elle est rongée par l’idée de grignoter le capital qu’elle va laisser à ses enfants.

«Ça ne vaut pas la peine»: le souci de ne pas coûter est un leitmotiv dans la bouche des personnes âgées, note le psychiatre. Elles ont raison, en un sens: elles sont si nombreuses. Si elles débarrassent le plancher, tout le monde y gagne. L’AVS, les caisses de retraite, le système de santé, leurs enfants et même le service des impôts (sur les successions). Je ne dis pas que ces entités ou les familles souhaitent la mort des vieux. Je dis que l’extension du suicide assisté répond à une logique économique puissante.

Je ne dis pas non plus que tous les fatigués de la vie meurent pour économiser. Je dis que lorsqu’une personne âgée et fragilisée soupire «ça ne vaut pas la peine», l’aider à se suicider revient à lui répondre: en effet, à votre âge, VOUS ne valez plus la peine que l’on pourrait se donner pour vous encourager à vivre.

Les jeunes, c’est autre chose, hein. Mais j’y pense: si on économise sur l’AVS, on pourra renforcer la prévention du suicide chez ceux qui en valent la peine. Bingo.

Créé: 24.06.2017, 11h22

Anna Lietti, chroniqueuse

Articles en relation

Exit envisage une aide au suicide élargie

Zurich L'accès au suicide assisté pour les personnes âgées non atteintes d'une maladie grave, mais qui veulent mourir devrait être facilité. L'association Exit Suisse alémanique ouvre le débat. Plus...

Un appel à assouplir les règles d'Exit

Assistance au suicide Un membre d’Exit en Suisse alémanique propose que les aînés puissent bénéficier d’un accompagnement même s'ils ne sont pas malades. Plus...

Exit: l’avocat des frères explique leur recours

Justice Les deux hommes qui voulaient empêcher leur aîné de mourir avec l’aide d’Exit poursuivent leur combat judiciaire. Plus...

Exit: 2 frères continuent leur combat en justice

Genève A Genève, les deux frères qui voulaient empêcher leur aîné de mourir avec l'aide d'Exit Suisse romande ont recouru contre la décision de non-entrée en matière du Ministère public. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon des inventions de Genève reporté en septembre
Plus...