Passer au contenu principal

Le Grand Genève à l’ère Macron

Entrepreneurs Genevois, c’est le moment d’investir dans le Genevois français avant qu’il ne soit trop tard. 2016 a été une année record pour l’investissement étranger en France, pour lequel le pays est au 7e rang mondial. Et dans cet hexagone dans lequel tout le monde investit, le Genevois français est l’un des territoires qui crée le plus d’emplois. Les raisons ne manquent pas.

Un coût du foncier dérisoire par rapport aux coûts genevois. Une main-d’œuvre très qualifiée, bon marché, motivée et disponible. Un gouvernement Macron qui n’interfère pas dans les processus de recrutement: les entreprises peuvent librement recruter les candidats les plus compétitifs parmi 500 millions d’Européens plutôt que de devoir se contenter du seul marché local. Une imposition modérée avec le Crédit d’Impôts pour la Compétitivité et l’Emploi sur le point d’être pérennisé par le nouveau gouvernement bien au-delà 2019 et d’ors et déjà compatible avec les normes de l’OCDE. Un droit du travail assoupli et sur le point d’être adapté aux besoins d’une économie compétitive par la nouvelle majorité parlementaire. Des bouchons moindres qu’en cœur d’agglomération. Un accès facilité et pérenne au demi-milliard de consommateurs de l’Union européenne et à ses 18 000 milliards d’euros de PIB sans risque d’activation de la clause guillotine. Et désormais une stabilité institutionnelle et politique fondée sur des principes proches du consensus suisse, avec en plus une majorité parlementaire en situation de remettre la France en marche sans interférences populistes.

Certains investisseurs l’ont bien compris, en particulier dans le domaine du commerce et des services avec les enseignes telles que Migros ou les pressings Kunz qui se développent dans le Genevois français. Les entreprises suisses qui bénéficient des avantages fiscaux liés à la recherche dans les biotechnologies sont également nombreuses sur la technopole d’Archamps.

En investissant dans le Genevois français, ces entreprises aident aussi le canton de Genève. En permettant aux Genevois d’acheter en France elles contribuent à la modération de l’inflation, des coûts du travail et donc à la compétitivité de toutes les entreprises genevoises et des organisations internationales. En créant des emplois à proximité des logements dans le Genevois français, les investisseurs genevois contribuent à réduire la dépendance de l’économie genevoise à la main-d’œuvre frontalière et les contraintes sur les déplacements que cela crée. En générant des flux économiques durables de la Suisse vers la France, elles contribuent à la correction des déséquilibres de change sur les monnaies et donc à la compétitivité de toute l’économie suisse.

Les zones économiques se développent partout dans le Genevois français. Le gouvernement Macron est désormais à l’œuvre. Les premiers investisseurs bénéficieront le plus de la modération des coûts du foncier et de la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.