À fond pour des multinationales responsables

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’initiative pour des multinationales responsables sera à nouveau sur le devant de la scène lors de la prochaine session parlementaire à Berne. Le Conseil des États doit étudier le contre-projet déjà accepté par le Conseil national.

C’est l’exemple même de ce que la Suisse sait faire si bien: un compromis entre initiants et opposants, forgé dans le creuset des Chambres fédérales. Une solution soutenue par une large partie des milieux économiques, notamment la Fédération des entreprises romandes; Blaise Matthey, directeur de la branche genevoise, l’a encore rappelé le 27 août devant près de 3000 entrepreneurs.

À Genève, le Groupement des entreprises multinationales partage cet avis. Le monde politique et économique se rend enfin compte que la population veut une économie qui soit aussi plus éthique, plus responsable et donc plus durable.

De nombreuses entreprises ont déjà pris des actions concrètes pour soutenir cette évolution. Les multinationales, phares des grandes entreprises, sont conscientes que leur image, auprès des jeunes notamment, a et aura de plus en plus une influence déterminante sur leurs résultats financiers. Outre les clients, les plus jeunes cadres et employés exercent une pression interne pour des pratiques plus responsables. Il faut les entendre.

Nous avons aujourd’hui une très bonne occasion mais aussi la responsabilité de montrer qu’il n’est pas nécessaire d’opposer éthique et économie, que ces deux notions peuvent se cumuler pour le bien de chacun et chacune et amener une prospérité durable. Le comité d’initiative a expliqué très clairement où se situaient les limites à ne pas franchir pour lui permettre de retirer son texte en faveur d’un contre-projet sérieux et conséquent.

La condition la plus importante est la responsabilité civile, qui donne la possibilité aux victimes de demander réparation devant un tribunal civil en Suisse en cas de violation des droits humains ou de dommages environnementaux. Il s’agit surtout de ne pas laisser quelques multinationales peu scrupuleuses ternir l’image de toutes les entreprises qui sont à l’écoute des exigences de respect et de durabilité exprimées avec une force renouvelée par notre société.

Le Conseil des États, chambre de réflexion et de sagesse s’il en est, saura-t-il traduire les attentes d’une part croissante de nos concitoyens et exiger plus de transparence et d’éthique?

Si ce contre-projet n’est pas accepté tel quel, le processus parlementaire se poursuivra et l’initiative sera soumise au peuple. La campagne sera émotionnelle, alimentée par de gros moyens, la population aura de la peine à se faire une idée objective des enjeux. Mais au final, la question à laquelle nous devrons répondre n’est pas «Suis-je pour ou contre les multinationales?» mais «Voulons-nous que les responsables soient enfin tenus de rendre des comptes pour les dégâts causés par leur activité économique?».

Pour nous, la réponse est, bien sûr, oui. Nous souhaitons l’adoption du contre-projet tel que proposé par le Conseil national, mais à choisir entre le statu quo et l’initiative, c’est sans hésitation que nous soutiendrons activement l’initiative.

* Rolin Wavre est président de la FRC-Genève, député PLR au Grand Conseil, Béatrice Hirsch est infirmière, candidate PDC au Conseil des États

Créé: 02.09.2019, 18h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...