Plus de fleurs

Lettre du jour

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chêne-Bougeries, 23 mars

Depuis vendredi soir, nous voilà complètement privés de fleurs. J’en ai fait la triste expérience en me rendant à la grande surface alimentaire la plus proche de mon domicile, coronavirus oblige, et, alors que je me déplaçais vers l’espace réservé à la gent florale, je n’y ai rien trouvé. Étonné, abasourdi, je me suis adressé au rayon et ai demandé ce qui se passait.

Il m’a été répondu que c’était une décision de la direction générale pour des motifs aussi divers qu’étranges: la terre des plantes peut être porteuse du virus, par fair-play pour ne pas faire concurrence aux magasins spécialisés contraints de fermer (noble pensée pour des gens qui en d’autres circonstances ne s’embarrassent pas trop pour écraser les plus petits!) et, enfin, ce n’est pas un produit de première nécessité.

Oui, l’explication est là, «la première nécessité».

Mais quels en sont donc les contours? Qui en définit la liste? Qui en décide du bien-fondé?

En quoi le client/consommateur/citoyen a son mot à dire?

Est-ce que cette première nécessité ne passe que par l’estomac avec la multiplication de toutes ces horreurs sucrées largement étalées?

Par les soins et le ménage (ce qui expliquerait l’assèchement des rayons en papier-toilette et ménage)?

Bref, dans cette affaire de produits de première nécessité, il n’y a pas de place pour les fleurs, les couleurs, la poésie.

Tout ce qui est de première nécessité se doit d’être d’abord anxiogène, c’est-à-dire pratique, terre à terre.

Mais, au final, le plus incongru de cette histoire, c’est que les fleurs en question ont été remplacées par des œufs et des lapins de Pâques en chocolat.

En quoi est-ce un produit de première nécessité, si ce n’est normatif?

Léon Meynet

Créé: 24.03.2020, 19h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...