Passer au contenu principal

Il faut mieux protéger nos arbres

Laurent Guiraud / Archives

Genève, 26 octobre

Protection des arbres à Genève, un désastre a eu lieu sans que nos autorités réagissent!

Il est temps de redonner leur importance aux arbres anciens dès la conception d’un plan d’aménagement cantonal ou localisé de quartier. Il est primordial de préserver ces grands beaux arbres face aux trop nombreuses décisions qui font fi de ces habitats recelant insectes, oiseaux, etc., qui rendent la cité agréable.

Il est temps d’être très restrictif avec les abattages d’arbres anciens qui totalisent un effet physiologique et régulateur du climat inégalable (humidificateurs, poumons d’oxygène, piège durable à carbone). Il est temps de fixer leur prix réel pour les services qu’ils rendent! Comment?

En modifiant la loi sur les compensations, qui, actuellement, prévoit uniquement que «pour un arbre abattu il est obligatoire d’en replanter un ou qu’une contribution financière soit versée».

Car le nombre d’arbres abattus hors forêt dans le canton (8000 à 10 000 par année), dont 10% non replantés à jamais, démontre son insuffisance!

Il est temps de compenser la fonction, soit de considérer l’arbre comme une unité de photosynthèse et de climatisation. Effectivement, sa surface foliaire crée de l’ombre et augmente le taux d’humidité ambiante. Pour exemple de son importance, il suffit d’observer la perte provoquée par le nouvel aménagement de la plaine de Plainpalais, qui a fait augmenter les températures au sol de 5 à 10 °C par la disparition des grands arbres.

Ainsi, pour chaque abattage proposé, une expertise doit déterminer la surface foliaire perdue à compenser. Pour exemple, un grand hêtre de 20 mètres pourvu de 400 000-500 000 feuilles équivaut à 2000 jeunes arbres (de 1,50 mètre)…

Il faut aussi imposer le m3 d’espace en sous-sol nécessaire pour que les nouvelles plantations se développent et deviennent centenaires. Il faut savoir que bien souvent on offre 9 m3 de fosse bétonnée au lieu des 100 m3 nécessaires!

En conclusion, cette démarche a pour but d’exiger une compensation végétale ou financière qui incite les aménagistes à renoncer aux abattages des arbres séculaires, ceux-là justement qui sont les plus utiles et donnent de la valeur au lotissement.

En effet, l’urgence climatique ne nous permet pas d’attendre trente ans!

Séverin Brocher

Chère assurance maladie…

Genève, 22 octobre

Pour faire suite au courrier d’une lectrice concernant son assurance maladie, je tiens à signaler, à mon tour, que de toute évidence, Assura se moque de ses clients. Car nous sommes les clients! En effet, avec une franchise à 2500 francs, l’augmentation de prime pour 2020 se monte à 7,5%, […], en prenant en compte les taxes environnementales redistribuées.

Comment expliquer cela? Comment le justifier? Je sais que la LAMal est basée sur la solidarité entre assurés et je l’approuve, mais, avec cette franchise, Assura n’a pas versé un franc pour moi en 2019; cette augmentation non justifiée et incompréhensible me laisse un goût amer et me donne l’impression d’être prise en otage.

Anne Mauris

----------

Monteverdi et l’opéra

Lancy, 28 octobre

Très intéressé par l’article «Sur les traces perdues de l’Orfeo de Monteverdi» paru le 28 octobre, je dois toutefois vous signaler que, contrairement à ce que laissent entendre les lignes introductives, l’«Orfeo» de Monteverdi n’est pas le premier opéra de l’histoire. Cette place revient à l’«Euridice» de Jacopo Peri (1561-1633), dont il n’existe qu’un enregistrement déjà ancien (1962), sous la direction d’Angelo Ephrikian, avec divers solistes vocaux, le Chœur polyphonique de Milan et l’ensemble I Solisti di Milano. En voici la dernière réédition connue en CD: -2 CDs Rivo Alto 289 151 et 152.

Cette version ne correspond certes pas aux canons musicologiques actuels, mais demeure la seule possibilité d’accéder à cet ouvrage.

Yvon Jeanneret

Écrivez-nous à courrier@tdg.ch, Tribune de Genève, courrier des lecteurs, case postale 5155, 1211 Genève 11.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.