Passer au contenu principal

La culture soutient la transition écologique

APRÈS-GE est le nom de la Chambre de l’économie sociale et solidaire qui partage dans cette chronique mensuelle sa vision de l’économie comme levier d’impact écologique et social www.apres-ge.ch.

Carole Zgraggen Linser
Carole Zgraggen Linser

Les organisations culturelles sont des structures économiques qui font face aux mêmes défis que les entreprises dites de l’économie classique. Elles ont des budgets à gérer, des équipes à motiver, des ressources à trouver. La façon dont ces structures fonctionnent – gouvernance, transparence, autonomie – détermine leur appartenance ou non au champ de l’économique sociale et solidaire (ESS).

Au-delà des étiquettes, la culture nourrit la transition écologique et sociale par son énergie transformatrice. Pour construire le monde de demain que nous voulons plus solidaire, dans les limites non négociables de la planète, une des clés consiste à imaginer de nouvelles relations et de nouveaux équilibres, au-delà des schémas de pensée classiques, conscients ou non.

Les créations artistiques contribuent à nous faire sortir de nos systèmes préconçus, elles parlent à nos émotions, mettent nos sens en éveil, créent des situations d’inconfort et font cohabiter des sentiments contradictoires. Elles nous poussent à réagir, à nous interroger sur nos fonctionnements et elles nous confrontent avec nos peurs et nos angoisses face au changement et à l’incertitude.

La culture est un magnifique vecteur de transformation mentale. Les artistes s’emparent des questions sociétales contemporaines, proposant des médiations sociales au travers de leurs œuvres. La création culturelle participe à la construction du sens et du lien social, à l’exemple de la coopérative d’artistes Ressources Urbaines qui facilite l’intégration de projets et d’espaces consacrés aux pratiques artistiques et culturelles au cœur de nouveaux quartiers à Genève.

L’articulation entre activité économique et culturelle se décline également au niveau des modèles d’affaires. La Barje, l’ARVe (La Pointe), la Galerie ou l’ASMV (Voix de Fête) sont des exemples d’organisations qui s’appuient sur une activité économique – généralement de buvette et de restauration – pour promouvoir gratuitement ou à faible coût des activités culturelles.

Le film «Demain» et son inspiration genevoise «Demain Genève» ont récemment proposé une approche positive et orientée solution de l’engagement citoyen pour répondre aux crises écologiques et sociales. Ces deux films ont été largement diffusés et leur impact clairement ressenti par la société civile: les organisations de l’économie sociale et solidaire ont pu accueillir de nombreuses personnes souhaitant s’engager concrètement après avoir découvert cette multitude d’alternatives locales. De manière analogue, le «story telling», ou le fait de transmettre un message en racontant des histoires, constitue une clé du succès du mouvement des Villes en Transition, incarné notamment par Rob Hopkins.

L’économie dont on attend qu’elle entame une transformation majeure vers la durabilité peut s’appuyer sur le fort potentiel novateur et créatif des activités artistiques et culturelles. Et celles-ci peuvent toutes et tous nous aider à entrevoir les contours d’un nouvel imaginaire collectif possible, désirable et désiré.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.