Coworking, étude d’un cas concret

Un autre regard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le coworking à l’origine rassemble des communautés de travailleurs de la connaissance tels que programmeurs, informaticiens et Web designers. Aujourd’hui, il touche aussi commerçants, artisans, banquiers, freelancers et entrepreneurs sociaux. L’éventail est large, du travailleur autonome à la start-up, de la PME aux collaborateurs de multinationales, comme Ubuntu par exemple. Cet esprit est aussi repris par les entreprises qui transforment leurs bureaux non plus en open space, mais en espace de coworking. A Genève, les Services industriels (SIG) lancent en 2011 une réflexion sur leur avenir qui débouche sur le projet Equilibre dont une des faces visibles est le coworking en entreprise ou corpoworking. La qualité de leur analyse et de leur démarche fait qu’ils sont souvent cités en exemple, invités à donner des conférences et sollicités pour des visites de leurs locaux. Electricité de France (EDF) a d’ailleurs réalisé deux films sur leur expérience pour s’en inspirer. Dans le cas des SIG, le corpoworking va beaucoup plus loin que le simple aménagement de bureau. C’est un changement de culture profond qui anticipe la mutation.

Pourquoi les SIG deviennent-ils ainsi une référence? Parce que leur posture faite d’humilité au service de l’entreprise et de ses collaborateurs est juste. Comme le précise son directeur Christian Brunier: «Pour notre équipe, l’intelligence d’une entreprise est sa capacité d’adaptation.» Attirer les talents, intégrer les nouvelles technologies et les nouveaux usages qui en découlent et réussir dans un contexte de complexité croissante, voici les prémisses de leur réflexion entamée en 2011, ce qui leur permet d’être visionnaires en 2016. Les mots-clés: confiance et autonomie.

* Fondatrice de La Muse

Créé: 16.02.2016, 22h48

Geneviève Morand
Fondatrice de La Muse

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...