Un «coup» inutile au Brésil

Gustavo Kuhn, Rubrique Monde

Gustavo Kuhn, Rubrique Monde

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le processus visant à destituer Dilma Rousseff a passé un cap décisif dans la nuit de dimanche à lundi avec le vote de la Chambre des députés, qui a approuvé sa poursuite à plus de 71% des voix.

Plusieurs élus ont reconnu que la présidente brésilienne n’était pas corrompue mais ont estimé que ses erreurs et son impopularité ont miné sa crédibilité. Leur décision de la mettre à l’écart au prétexte d’une manœuvre administrative est donc bien politique.

La crise actuelle illustre ainsi les maux profonds qui minent la démocratie brésilienne. Notamment le morcellement de l’échiquier politique, qui alimente le clientélisme, les petits arrangements, l’achat de votes et les retournements de veste.

Au Brésil, pour créer une coalition, il faut offrir de nombreux postes. Souvent à des partis qui n’ont pas la moindre ligne idéologique, comme c’est le cas du PMDB du vice-président Michel Temer. Nombre d’élus monnayent aussi leur soutien au cas par cas. Plus de 60% d’entre eux sont ainsi soupçonnés de corruption. Tous partis confondus.

Bien sûr, Dilma Rousseff a commis des erreurs. Et elle ne possède pas le charisme de Lula ou l’aura de Fernando Henrique Cardoso. Alors que le pays subit de plein fouet la baisse des prix des matières premières et que certains secteurs n’ont jamais avalé sa réélection en 2014, elle a perdu sa base populaire en menant une politique de rigueur. La droite brésilienne a sauté sur l’occasion pour lancer ce processus de destitution. Comme si elle était le mal qui ronge le pays.

Si la manœuvre réussit, une nouvelle coalition devra tenter de se former… à coups d’arrangements, de postes offerts et de dessous-de-table.

La tentative de coup d’Etat institutionnel menée contre Dilma Rousseff ne met donc pas seulement à mal la crédibilité de la démocratie brésilienne. Elle ne résout pas le moindre problème (TDG)

Créé: 18.04.2016, 21h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...