Ce coton qui finance l’Etat islamique

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En ruine, la Syrie compte toujours dans le paysage économique grâce à un commerce qu’il n’est pas politiquement correct d’évoquer: les matières premières. Celles-ci sont toujours exportées hors de son territoire.

Et cela concerne en premier lieu le coton, qui représentait une des ressources principales de ce pays et qui se trouve à présent entre les mains de Daech. C’est à travers la Turquie que transite ce coton qui finance désormais les capacités opérationnelles de l’Etat islamique, non sans préalablement passer entre les mains de toute une chaîne d’intermédiaires qui y gagnent leur vie en assurant à ce coton un blanchiment opportun. La fibre termine en effet sa route dans les chaînes de production de nos marques d’habits occidentales qui ont le plus grand mal à identifier clairement la provenance de leurs matières premières.

Les vêtements que nous achetons servent donc souvent à acheter les armes qui se retournent contre des innocents et à financer le terrorisme qui sévit au sein de nos démocraties. En dépit des assurances et déclarations d’intention des producteurs, il leur est impossible d’identifier tous les intervenants concernés par ce coton qui change de propriétaires et de lieux de multiples fois.

Comme c’est d’abord la qualité du produit qui préoccupe les acteurs de ce marché à chaque étape de sa transformation, la provenance reste secondaire. Ces ressources qui bénéficient à Daech viennent s’ajouter à ses recettes pétrolières de 2 millions de dollars par jour, au produit des confiscations de propriétés des personnes pillées et massacrées, ainsi qu’aux revenus générés grâce à son «industrie» du kidnapping. (TDG)

Créé: 04.12.2015, 21h56

Michel Santi, Macro-économiste, directeur
d’Art Trading Finance (www.gestionsuisse.com)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...