Non, un conseiller fédéral n'est pas une locomotive électorale

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2006, quand Doris Leuthard accède au Conseil fédéral, le PDC pèse 14,5% des suffrages au niveau suisse. Douze ans plus tard, alors que la «reine Doris» tire sa révérence au son d’une douce musique dont la mélodie n’est que superlatifs, le PDC est l’ombre de l’ancien grand parti de gouvernement qu’il a été. En 2018, le PDC s’écrase à un petit 10,1% d’intentions de vote (selon les chiffres du baromètre SSR publié hier). Et pourtant le parti bénéficie d’une ministre à la compétence reconnue doublée d’une politicienne populaire, respectée, aimée de tous les Suisses. Bref, n’en jetez plus: Doris Leuthard aurait dû être l’étendard inusable du PDC. Les exégètes de la chose fédérale appellent cela une «locomotive» pour son parti.

«L’effet locomotive est avec l’exemple Doris Leuthard définitivement laminé. Sa courbe ascendante de popularité a croisé celle, descendante, de son parti»

À l’heure d’élaborer de savantes stratégies pour placer un politicien au sein de l’Exécutif fédéral, les partis misent sur ce postulat qui voudrait qu’un ministre en vue soit un atout électoral indéniable pour son parti. L’effet locomotive. Or, il est avec l’exemple Doris Leuthard définitivement laminé. La courbe ascendante de la popularité de la ministre PDC a croisé en effet celle, descendante, de son parti: 14,5% aux fédérales de 2007, puis 12,3% à celles de 2011, et 11,6% en 2015. Et bientôt 10% en 2019. Tout cela alors que la Suisse, quasi unanime, salue en cette conseillère fédérale PDC ni plus ni moins qu’une figure du siècle.

Charisme et popularité – en plus des aptitudes du conseiller fédéral ordinaire – sont-ils des critères pour choisir son favori? Lorsque démarre la valse frénétique d’une succession au Conseil fédéral, les officines des partis s’escriment à mettre en avant cet indice de sélection pour pousser au portillon l’un ou l’autre de ses candidats. Il nous faut un porte-drapeau, clament-ils.

Les adversaires politiques du parti en vacance de conseiller fédéral ne se privent pas davantage de tenter de faire élire un politicien jugé plus faible – moins salonfähig dans les débats TV – pour limiter la surface médiatique du parti concurrent. Et parfois ils y parviennent… Quelques exemples vous viennent en tête, n’est-ce pas? Mais il y a encore et toujours des tenants de l’effet locomotive qui estimeront que la descente aux enfers du PDC aurait été pire sans Doris Leuthard.

Cet argument est difficilement vérifiable: on ne peut pas réécrire l’histoire. En revanche, on peut observer la trajectoire d’un autre parti. Le PLR, en 2006, lors de l’élection de Doris Leuthard, ne pointe qu’à 1,3% devant le PDC. Le PLR enregistre un 15,8% aux fédérales de 2007. Il poursuit même une chute que même le charismatique Pascal Couchepin, conseiller fédéral jusqu’en 2009, ne pourra enrayer.

Cette culbute aboutit en 2011 à un score historiquement bas de 15,1% pour le grand vieux parti de la politique suisse. Puis il retrouve des couleurs: 16,4% en 2015. Et aujourd’hui un 17,7% prévisible selon le sondage SSR d’octobre 2018. Durant cette décennie de reconquête de son électorat, les conseillers fédéraux PLR s’appellent Didier Burkhalter et Johann Schneider-Ammann. Tout sauf des locomotives. Les partis feraient bien d’oublier ce supposé effet d’attraction.

Créé: 09.10.2018, 18h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Venise sous les eaux
Plus...