Les Champs-Elysées sans voiture

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«S’il y a une avenue que l’on a envie de remonter en voiture, c’est bien les Champs-Elysées!» Mon ami parisien n’est pas un fondu de l’automobile, mais l’idée de transformer, un dimanche par mois, la plus belle avenue du monde – sur ce point on n’ose le contredire – en promenade piétonnière lui apparaît saugrenue. C’est pourtant ce qui va arriver dès le dimanche 8 mai.

C’est l’une des mesures du plan «Paris respire». Tout un symbole pour la Ville Lumière qui veut montrer sa détermination à chasser les véhicules polluants du centre-ville. Les restrictions de circulation pour les camions et autobus les plus anciens sont une réalité. Et l’agenda des prochaines mises au ban des véhicules polluants est connu. Les poids lourds pétaradant leur diesel noirâtre sur les grands boulevards ne sera plus qu’un souvenir à l’horizon 2025.

«D’ailleurs, c’est bien le seul endroit au monde où on peut louer une Lamborghini ou une Ferrari au quart d’heure! Et comment va-t-on réguler la circulation entre vélos, piétons, skateboards et trottinettes?» C’est aussi à ça qu’on reconnaît un Parisien: il ne se donne jamais vraiment pour battu.

Les 70 mètres de largeur des Champs-Elysées conviennent mieux aux parades militaires

On s’évite donc de lui mettre sous le nez les chiffres de la pollution aux particules fines et ses fameux pics de pollution qui réduisent l’espérance de vie des Parisiens de 6 à 9 mois. On préfère lui parler de la redécouverte, semelles aux vents, des 1910 mètres qui séparent la place de l’Etoile de la place de la Concorde. Les 20 millions de visiteurs annuels qui l’empruntent, en sifflotant à un moment ou à un autre la scie de Joe Dassin, savent bien que cette artère est une fête. Mais que les trottoirs sont toujours bondés. Aussi l’occasion est trop belle de la remonter plein axe. Viser l’arc de Triomphe sans devoir attendre une victoire sportive et son flot de supporters hystériques.

Non, dimanche c’est pour rien. L’événement? La non-voiture. «Mais c’est trop large. Le piéton y est perdu. D’ailleurs elle a été pensée pour les carrosses qui sont des voitures…» L’ami parisien exagère évidemment bien que les 70 mètres de largeur des Champs-Elysées conviennent mieux aux parades militaires du 14 juillet, à l’arrivée du Tour ou aux défilés des présidents de la république (cochez votre préférence) qu’aux promenades pédestres faussement bucoliques.

Car c’est très minéral, les Champs-Elysées. En les arpentant, on se souviendra que c’est Louis XIV, qui par décret en 1667, fit ouvrir une allée de terre entre les arbres. Et quatre siècles plus tard, pour peu qu’il y ait de l’inventivité et de la festivité dans l’air, on saluera l’arrivée des beaux jours en terrasse. Pour le coup, il est d’accord l’ami parisien. D’autant que, depuis les attentats, boire un verre en terrasse est devenu un acte de résistance contre la barbarie. Résistons!

Il a dit

Créé: 06.05.2016, 07h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Chinois exportent à nouveau
Plus...