Caritas Genève a 75 ans: Pourquoi une action sociale de l'Eglise?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Benoît XVI d’abord, puis maintenant le pape François, insistent sur le fait que le christianisme n’est pas d’abord une morale, mais la rencontre avec le Christ. De cette rencontre découlent des attitudes, des comportements : si la foi ne change rien de visible, on pourra évidemment se demander à quoi elle sert. Aime-t-on Dieu si on n’aime pas ceux qu’il aime ? Tout le monde le perçoit au moins un peu: une Eglise indifférente aux différentes situations de pauvreté n’est pas crédible…

Il y a dans ce domaine une part de réflexion et une part d’action. Les deux vont de pair pour que l’action ne soit pas une agitation dispersée ou un gaspillage. Or cette réflexion inclut de nombreux acteurs, ce qui a donné lieu à la constitution dans le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg de la plate-forme Dignité & Développement.

Aime-t-on Dieu si on n’aime pas ceux qu’il aime ?

Quant à l’action sociale de l’Eglise, elle ne provient pas seulement de notre initiative. Les personnes qui souffrent se tournent souvent vers les Eglises, de bien des manières : que ce soit pour recevoir une aide matérielle, pour trouver quelqu’un qui les écoute, ou encore parce qu’à l’église ils se sentent chez eux (notamment les immigrants qui retrouvent la même Eglise que chez eux).

L’action dans le domaine social est une réalité commune à tous les chrétiens, pas seulement catholiques, et dans ce domaine la collaboration œcuménique est une évidence indiscutée. D’ailleurs, à Genève, toutes les instances sociales collaborent, pour une plus grande efficacité, en se déléguant mutuellement les secteurs (par exemple, Caritas s’occupe du désendettement ou de la distribution des vêtements).

Dans cette action commune, l’Eglise a des apports propres. D’une part la vie spirituelle est un puissant facteur de « survie » dans la difficulté, comme en témoignent des migrants ou des prisonniers. D’autre part l’Eglise a un réseau unique de contacts mondiaux, qui lui permettent une vision globale.

J’en prends un exemple là où on ne l’aurait peut-être pas attendu. Il y a des années, lorsque je demandais à l’ambassadeur de France au Vatican, qui avait auparavant été ambassadeur en Russie et en Chine, si ce nouveau poste n’était pas un peu réduit, il m’avait répondu : « Aucun Etat n’est aussi bien informé de ce qui se passe dans le monde. Les meilleurs moyens de renseignement ne peuvent jamais remplacer la connaissance des personnes du lieu, et l’Eglise en a partout, avec des capacités de communication ».

Créé: 11.03.2017, 10h11

Manifestations du 75e

Mgr Charles Morerod, évêque du Diocèse de Genève, Lausanne et Fribourg (photo Vogelsang), présidera une messe de jubilé en l’honneur des 75 ans de Caritas Genève ce lundi 13 mars à 18 h 30 à la basilique Notre-Dame. Suivront cette année d’autres manifestations, notamment, le 23 avril, le concert de soutien au Victoria avec Hall de Paulus de F. Mendelssohn, et, cet automne, le symposium sur les enjeux stratégiques de la lutte contre la pauvreté.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.