Les Cannois ont-ils disparu?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Première balade cannoise. Mercredi 17 mai, au matin, à quelques heures de l’ouverture officielle. Sur la Croisette, il n’est déjà plus possible de faire deux pas d’affilée. Badgés qui courent en hurlant dans un mauvais anglais, festivaliers asiatiques coiffés de chapeaux car le soleil tape. «Il va faire beau, il faut profiter», m’assure-t-on à la réception de mon hôtel. Profiter, oui, c’est le mot. Autour du palais, ambiance de cohue surchauffée. Des officiers de la Garde républicaine font tranquillement leurs rondes à cheval au milieu de la foule. Pour entrer dans celui qu’on appela jadis le bunker (appellation stupide et injustifiée), le plan Vigipirate a les allures d’un contrôle aéroportuaire. Même timing, même type de fouille. Les équipes télé doivent faire la queue deux heures avant la conférence de presse du film de Desplechin pour espérer apercevoir une épaule de Marion Cotillard. Du coup, ils ont dû faire une croix sur la projo. Je me rabats sur le Marché du film. Le stand de Swiss Films se trouve à son emplacement habituel, sur la plage. Nouveau logo, nouvelle décoration (création Baumann). A l’intérieur, des gens de Locarno s’affairent et quelques distributeurs suisses passent pour de mystérieux rendez-vous. Retour dehors, là où la foule devient compacte. Comme partout, je ne vois que des badgés. Les Cannois semblent avoir disparu. Peut-être retranchés à l’intérieur des terres? Ou, plus probable, acteurs d’une Web TV lancée mardi en l’honneur du 70e!

Créé: 17.05.2017, 22h54

Pascal Gavillet, rubrique culture

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.